Archive for the ‘Les recettes de Gaïa…’ Category


« Chose promise, chose due… »
Ah le vieil adage qui fait foi depuis des lustres… Non que je sois une grande amatrice de dictons, il est des moments où ils me reviennent, sans crier gare…
Une sorte de réminiscence, qui résonnerait tel un chant au creux de mon oreille… Une odeur de sauce tomate… La vision d’une ratatouille frémissante… Un vélo (dé)laissé au milieu de la cour, une roulette en moins pour un pas de plus vers le monde des grands…
Et mon frère… m’observant un sourire sur les lèvres… « Ne t’inquiètes pas p’tite soeur, bientôt la deuxième aussi s’en ira. » Devant mes pleurs, il ajoutait alors… « Tu sais bien ce qu’on dit toujours hein? « Chose promise, chose due ». Je te promets que très vite toi aussi tu feras du vélo comme une grande… même qu’on ira jusqu’au lac, avec un énoooooorme pique-nique »…
Quelques mots, un sourire d’ange, un regard si pur… et une petite fille, émerveillée serrant fort au creux de ses bras fragiles cet être qu’elle aime si fort…
La vie n’est rien d’autre finalement qu’un sentier de terre, battu par les vents, balayé par les marées, mais aussi baigné des rayons d’un astre réconfortant.
Les promesses, qu’elles soient destinées à une petite fille de six ans comme à une personne que l’on apprend à découvrir, sont elles aussi des petites particules d’existence… Une poussière délicate qu’il me tient toujours à coeur de répandre du mieux que je peux…


Mes p’tits muffins aux agrumes, parce que le Soleil a rendez-vous avec la Lune
… et un plein de souvenirs, pour une amitié naissante… Merci Claude-Olivier ;)

Ingrédients (pour une douzaine de gros muffins gourmands ou 16 plus petits):
—> Pour la pâte de base, c’est la même que mes Muffins aux cerises
¤ 220g de farine T80
¤ 2 oeufs
¤ 125g d’amandes effilées
¤ 100g sucre non raffiné + un peu pour saupoudrer sur le dessus
¤ 4 cuillère à soupe d’huile neutre (pépin de raisin it’s perfect ^^ sinon colza, arachide à la limite)
¤ 250g fromage blanc 0%
¤ 1/2 sachet de levure chimique
¤ 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
¤ une bonne pincée de sel

—> Après séparation dans deux saladiers:
Le premier:
¤ Un petit pot de pamplemousse curd (recette d’après le divin lemon curd de Claude-Olivier, adapté en conséquence ;) )
¤ 2 à 4 cuillères à soupe de zestes de pamplemousse (confits ou non au choix) hachés très fins
¤ 10 cl de pur jus de pamplemousse
¤ 5 cuillères à soupe de Cointreau (ça peut paraître beaucoup mais le goût diminue à la cuisson)
Le deuxième:
¤ Un petit pot de marmelade d’oranges amères (faites maison, merci môman)
¤ 2 à 4 cuillères à soupe de zestes d’orange (confits ou non au choix) hachés très fins
¤ 10 cl de pur jus d’orange
¤ 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger bio (inutile de mettre de l’arôme, ça n’a jamais de goût ces trucs là).

Pour la préparation c’est toujours pareil, je ne vous ferais pas l’affront de vour réécrire un roman lol :p. Tout simplement, après avoir grossièrement mélanger la base des muffins, vous la séparez en deux saladiers distincts.

Quels goûts et quels mélanges?
Dans le premier, versez le jus de pamplemousse, le cointreau (bande d’alcoolo xD) et les zestes puis donnez un rapide coup de cuillère pour incorporer de façon homogène.
Dans le deuxième, faire de même avec le jus d’orange, l’eau de fleur d’oranger et les zestes.
ATTENTION: toujours veiller à ne jamais trop remuer une préparation à muffins, ça lui fait perdre de son moelleux.


Beh et après alors?
On dégaine la plaque à muffins et on remplie MAIS!! Et oui il y a un mais muahahah
—> Versez d’abord une jolie cuillère à soupe de préparation au pamplemousse/cointreau (l’équivalent d’un bon tiers du moule). Puis à l’aide d’une petite cuillère, déposez une belle lichette de curd au pamplemousse au centre et recouvrez harmonieusement (et généreusement huhu *slurp*) de préparation, de manière à dissimuler habilement la crème acidulée hihihi
—> Faites de même avec la préparation à l’orange et la marmelade.

Répartissez dans tous les moules, puis saupoudrez de poudre d’amande et/ou noisette les muffins au pamplemousse, et d’une lanières d’orange confites (provenant de la marmelade huhu miam) pour les autres. Finissez avec un peu de sucre cassonade ou même de vergeoise pour une belle caramélisation.
Enfournez, comme d’habitude, 5 à 10 minutes à 200°C pour la caramélisation, puis 15 minutes à 175°C. Plantez un couteau, s’il ressort collant poursuivez encore 5 minutes mais normalement ça devrait suffire.

–}}}}-(°)<

Une promesse, si simple fut-elle… Une frêle pensée, mais qui aura peut-être apporter un peu de mon Soleil jusqu’en Suisse ?

Le coeur y est en tout cas ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il y a des jours comme ça où tout semble s’arrêter sans raison aucune… Il y a quelques fois aussi, des mois entiers où la vie n’a pas aucun sens… Il y a même des années complètes qui ne sont que des secondes qui passent…
Et puis il y a ces heures, éphémères, où il suffit d’un son, de quelques notes lancinantes pour réveiller le frêle papillon ensommeillé depuis une aube lointaine… Frêle créature dont l’âme, jusqu’alors prisonnière, peut enfin ouvrir grandes ses ailes de jade et prendre son envol sur l’horizon de l’astre couchant…

De mes racines italiennes voici l’un des plus beau des symbôles… Un chant de résistance, pour des hommes et des femmes qui ont souffert le martyr…
Ou tout simplement un hymne à la liberté, du corps, de l’âme et de l’esprit… Quelques notes que ma mère m’a transmise, comme un héritage de sang et de souvenirs.

Bella ciao

Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao

ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l’invasor

O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir

E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir

Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao

Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l’ombra di un bel fior

Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior

E questo é il fiore del partigiano

O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao

E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà

¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤

Quelques notes épicées pour une partition aux accents Indie’s
…Des lentilles toutes oranges, du curry bien jaune et des pommes rougeoyantes, parce que les papilles aussi ont le droit de fêter la Muse Hyque !!

Ingrédients (pour une paire de papilles en pleine révolution artistique]:
¤ 100g de lentilles corail

¤ un demi oignon

¤ clou de girofle
¤ coriandre
¤ curry de madras et curry rouge

¤ curcuma

¤ romarin, laurier, thym

¤ 5 petites gousses d’ail (moins si vous n’êtes pas fan ^^ ou plus si z’êtes addict comme moi xD oui oui je suis célibataire je sais ‘^^)

¤ poivre 5 baies et sel
¤ 2 cuillères à soupe d’algues
¤ une demie pomme coupée en petits cubes

On commence simplement (oué doucement hein faut rester en forme pour les concer t s ce s héhé) par la cuisson des lentilles. Les corails ne demandent ni rinçage, ni trempouille de 12 ou 24h, ce qui avouons le, oirest un gros avantage. Donc zou vous mettez dans la casserole votre volume de lentilles, trois fois son volume d’eau FROIDE (j’insiste) et les assaisonnements qui vont bien muahahah. A savoir un demi oignon planté d’un clou de girofle, des brins de romarin et des feuilles de laurier, les gousses d’ail en chemise et une ou deux écrasées sous la paume de la main, du moulin 5 baies et basta. Surtout PAS DE SEL, qui modifie la durée de cuisson et rend les lentilles dures (c’est d’ailleurs valable pour tout légume sec ^^).

Allumez le feu (non non, ne pensez même pas à fredonner cette horreur « musicale » de l’autre vieux dégénéré et que les gens appellent une chanson, sinon ouste!!) sous la casserole et portez à ébullition. Une fois les p’tites bulles bien présentes, baissez à feu doux et c’partit pour dix à quinze minutes. Les lentilles vont cuire lentement en absorbant l’eau, pour devenir mol les une fois cuites (ce qui est la particularité des corails, parfaites dans les fameux dals Indiens *slurp*).
Surveillez bien néanmoins car il arrive qu’elles cuisent plus rapidement que prévu lol, il faudra peut-être rajouté un peu d’eau.

Les carottes sont cuites !! Ah non, c’pas ça…
Hum… Une fois vos lentilles toutes oranges bel( et bien cuites, retirez les éléments durs du bouillon (thym, laurier et romarin) histoire de ne pas vous étouffer durant la dégustation (ça s’rait couillon lol ^^ tout ça pour s’estrangler dès la première bouchée xD la blase lol). Bref…
*faut que j’arrête moi hein, ça va plus là…*

Ajoutez la coriandre en graines écrasées, deux cuillères à soupe d’algues variées en paillettes, le curcuma et les deux curry’s, selon vos goûts ;) personnellement je mets une cuillère à café de chaque. Ah vi c’est beaucoup, mais on fait la Révolution ici, M’sieur Dame !!
Enfin saisissez votre demie pomme rougeoyante et coupez la en petits cubes, avant de l’incoporer au reste.
Mélangez tout ensemble, si besoin ajoutez un peu d’eau, puis réchauffez quelques instants pour que les saveurs dansent une dernière fois ensemble.

Etoile levée, assiette dressée… (là ya du proverbe en carton… mais j’assume lol)
J’avoue qu’à première vue ça ne ressemble peut-être à rien, bien que moi je trouve ça super alléchant… C’est une tambouille de révolutionnaire ;)
Servez dans une assiette ou un bol et dégustez pendant que c’est chaud…

)))::::::(°>

On réfléchit, on se rebelle, on s’insurge… Et puis on vieillit et (trop) vite on oublie…
Comme une plage sur laquelle on s’entasse? Non, une plage qui avait un autre sens… Une plage que j’aime encore aujourd’hui, la seule, parce qu’elle vit sous les pavés

Rendez-vous sur Hellocoton !

Trois semaines difficiles, passées telle l’écume des vagues sur les rochers…
Trois semaines douloureuses, écoulées lentement comme les petits grains si fins dans un sablier d’argent…
Trois semaines heureuses, égrainées au grès du vent, porteur de souvenirs, de sourires et de clins d’œil complices…

Mon stage s’est achevé vendredi, et j’avoue être contente d’en avoir terminé. J’avais pas vraiment envie d’y aller, c’était plus à reculons, par obligation forcée qu’autre chose… Qu’y puis-je si je n’aime pas l’archéologie « pratique » dites de « terrain » ?
Mais comme toujours dans ces cas là, il y autre chose à côté… Des évènement, des quidam, des lieux qui viennent vous offrir un horizon nouveau et vous permettent d’oublier toutes ces petites pensées négatives et pessimistes qui minent le moral…

Alors voilà pas de grand discours (inutile)… non rien de bien compliqué, juste un simple p’tit mot… MERCI à plusieurs personnes qui de près ou de loin m’ont soutenue, et avec qui j’ai redécouvert toute la portée symbolique des p’tits mots comme « amitié et partage ».
Tous autant qu’ils sont m’ont apporté leur part d’existence. Néanmoins je ne peux pas laisser passer l’occasion de faire un « spécial » pour la Team des Habitués de la Cuisine (et des conneries au passage lol).
Anouchka (la gourmande ^^ hihi un jour tu recevras mes cookies par la poste t’inquiètes pas :p)
Les deux Camille’s (la p’tite fofolle toujours de bonne humeur ;) , et la gentille brunette à la tresse qui a dû supporter mon côté maman-poule ^^)
Manu (Humour pourris à se tordre en deux muahahah :p fais pas trop la teuf à Poitier hein ;) )
Carine (restes comme t’es miss, s’assumer c’est être heureux *lèche son assiette*)
Fanny (copiiiiiiine!! camarade de chambre dans la vieille abbaye avec nos chaussettes qui trainent, aux senteurs de miel de printemps mdr^^)
Emilie (la jolie rousse au caractère bien trempé et au coeur gros comme une pastèque ;) ).

Un énorme bisou à chacune des super nanas du forum de la Table Monde qui m’ont apporté un soutien et de la bonne humeur chaque jour, avec leurs mots et leurs messages. Merci infiniment les filles…. vraiment.
Enfin, ma Lili et ses p’tites pensées (après le pleyel j’t'envoie des nems par la poste? mdr) sans lesquelles là aussi j’aurai coulé…

Ben voilà moi qui ne parle quasiment jamais de moi je me retrouve dans la situation inverse… lol.
En tout cas, voici une p’tite recette que j’adore (surtout en ce moment avec la chaleur et la saison… *love*). Au croisement des continents et des saveurs, un voyage des sens et des goûts…

..>(°< >°)<..

Bol tout illuminé du Soleil Levant et douces saveurs bien du Sud…
… et le rat tatouille dans les rizières d’Asie …

Ingrédients (pour deux souris gourmandes):
¤ 200g de vermicelles de riz (ou de soja)
¤ 200g de ratatouille maison (à défaut un bocal, ou la version congelée de Mister P)
[je mettrais la recette de ma ratatouille des familles prochainement ;) ]
¤ Graines de coriandre écrasées
¤ Gingembre, cannelle, piment
¤ Une petite cuillère à café de miso brun
¤ Une petite poignée d’algues du pêcheur
¤ Une cuillère à soupe de tamari
¤ Poivre 5 baies et sel Herbamare saveur corsée ou asiatique (à défaut de la fleur de sel).

Comment réussir un digne retour à la casa sans passer par la case cuisine ? Je ne sais trop si comme dans le célèbre jeu de bourges (autrement appelé le Monopoly lol) je vais toucher un petit pécule pour ce bref passage mdr.
En réalité à défaut de thunes j’espère surtout atteindre vos p’tites papilles hihi ;) .

Bon j’en conviens (et j’espère que vous me pardonnerez cet affront, promis je me rattraperai !!) cette recette est d’une simplicité enfantine. Toutefois qui a dit qu’un plat devait être compliqué pour être bon ? :p

Faites réchauffer tendrement votre ratatouille sur feu doux et à couvert, après avoir ajouter les épices selon vos goûts, ainsi que le moulin 5 baies et le tamari.
Ce plat typique du Sud fait partie des mijotés, il sera donc encore meilleur après avoir cuit plusieurs fois, les légumes vont à chaque fois d’avantage confire… jusqu’à devenir divinement fondant……. *bave*
Pendant que ce p’tit péché en sauce frétille gentiment, faites bouillir de l’eau pour le bain des gentes vermicelles. Laissez les trempouiller le temps indiqué, généralement deux à trois minutes suffisent ;) (oui elles sont pas difficiles les miss, pas besoin de trop leur gratter le dos lol :p).

Une fois apprêtées…
Dans une assiette déposez une moitié des nouilles en laissant un espace vide au centre. Dans la ratatouille rajoutez au dernier moment les algues, le miso et une pincée d’herbamare corsé ou asiatique (c’est facultatif mais ça change quand même pas mal de chose lol). Mélangez délicatement et versez au milieu de cette couronne de filaments transparents (et gluante je l’avoue mais bon c’est moins sexy hein xD).
Saupoudrez de graines de sésame torréfiées, de levure de bière et pourquoi pas d’un dernier p’tit tour de moulin 5 baies…

Un avant goût de paradis au carrefour des civilisations…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Que peut-il bien se passer quand au sein d’une semaine horriblement maussade, où la pluie n’a eu de cesse de tomber, inlassable, autour de moi, soudain… un rayon est apparu ?!
Un trait, d’abord frêle… puis avec vigueur et force il perce l’horizon… pointant timidement le bout de son nez sur la cime blanchâtre de l’ancestral Ventoux…
Une joie inespérée illuminant une journée…
Un zeste d’optimisme saupoudré généreusement…
Une touche de chaleur douce, calme et voluptueuse…
Je n’ai pas de réponse… Mais finalement en faut-il réellement une? Il vient un moment ou les questions sont inutiles, ou le moment présent, rare et magique, se suffit à lui-même… En cet instant, rien d’autre m’importe que de vivre… tout simplement.

……..3°> ……..3°> ……..3°>

Petits pots tout en transparence pour journée fantasmagorique…
…et le bal des premiers papillons, dans la brise fraîche d’une aube rosée…
Ingrédients (pour deux âmes cherchant la chaleur): ¤ Deux beaux morceaux de pleyel au chocolat (brownies, fondant font très bien l’affaire ;) il est juste impératif que ce soit divinement moelleux ^^).
¤ 200g de ceris
es bien mûres
¤ Deux pots de fromage blanc (0% possible)

¤ Un blanc d’oeuf

¤ Sucre non raffiné (Muscovado, Mascobado… A défaut de la cassonade).

¤ Une jolie lichette de Kirch (bon pas pour les enfants hein ^^ quoique.. lol)

¤ Quelques amandes effilées et torréfiées

¤ Cannelle et gingembre en poudre

Un p’tit bonheur au parfum de forêt noire… Histoire de clore la balade en hiver (l’espoir fait vivre)…
Première chose à faire, triez les cerises en les coupant en deux pour retirer le noyau. C’est le petit passage casse-pieds de la recette lol mais il est indispensable (sauf bien sûr si vous avez invité votre belle-mère et que vous souhaitez lui casser une dent xD *aïe pas taper*). Saupoudrez les d’un peu de cannelle et de gingembre en poudre puis réservez.
Versez le fromage blanc dans un petit saladier et mélangez le avec le sucre. Pour la dose je fais un peu au pif au mètre ^^ (ça aime le sucre du côté de chez mes parents mais chuuuut c’est un secret hihi :p) tout dépend vraiment du goût de chacun ;) (et un peu de vos cerises aussi lol).
Jusque là ça va ?
Ok alors ben maintenant on émiette grossièrement ce divin pleyel tout moelleux… *bave* et on en profite au passage pour se laisser tenter… (il faut toujours goûter on sait jamais!!).
Montez ensuite le blanc en neige assez ferme avec une pincée de sel. Délicatement, ajoutez les à la préparation de fromage blanc sucré, et mélangez afin d’obtenir une belle mousse légère, et créer le réel contraste avec le gâteau.

Et Ben Kirch alors !!
Alors là plusieurs choix s’offrent à vous. Soit vous en imbibez le gâteau pour un effet trèèèès forêt noire (et humide aussi lol). Soit vous l’incorporez au fromage blanc, pour garder la texture du pleyel intacte. Personnellement je l’ai mis dans la crème
…Bon ok… pour tout avouer j’ai essayer les deux (comment ça pas étonnant?!) et l’un comme l’autre sont à tomber… xD donc c’est vraiment selon votre humeur ;)

Dressage party, hep hep !
Tout simplement (comme la recette d’ailleurs^^) disposez un tapis bien épais (mmmmmh..) de pleyel au fond de la verrine en tassant légèrement. Couvrez d’un peu de mousse au fromage blanc, puis d’une jolie couche de cerises à la cannelle.
Ensuite on recommence à l’identique en prenant soin de ne pas trop appuyer pour éviter d’écraser l’ensemble comme un gros barbare xD (oui oui j’vous ai vu vous là-bas !!). Le nombre de couches dépend de vous, de la taille de vos verrine mais surtout… de votre degré de gourmandise ;) .
Finir par du gâteau légèrement couvert de mousse et d’une belle cerise entière (fraîche ou au kirch héhé), parsemées d’amandes effilées et grillées…

Après la traversée des forêts froides et onctueuses… Rien de mieux qu’une virée en terres chaudes et sucrées… Rêve ou réalité? Affaire à suivre…

**************

J’envoie ces p’tites verrines à Murielle et Stanislas pour leur nouvelle escale dans un univers encore une fois merveilleux…
Divine VoiE aux saveurs LaCtéES.
Tout se passe ici !!

Rendez-vous sur Hellocoton !
« Et Après ?510131415161720Et avant ? »