Archive for the ‘Little Desserts Gourmands’ Category


« Chose promise, chose due… »
Ah le vieil adage qui fait foi depuis des lustres… Non que je sois une grande amatrice de dictons, il est des moments où ils me reviennent, sans crier gare…
Une sorte de réminiscence, qui résonnerait tel un chant au creux de mon oreille… Une odeur de sauce tomate… La vision d’une ratatouille frémissante… Un vélo (dé)laissé au milieu de la cour, une roulette en moins pour un pas de plus vers le monde des grands…
Et mon frère… m’observant un sourire sur les lèvres… « Ne t’inquiètes pas p’tite soeur, bientôt la deuxième aussi s’en ira. » Devant mes pleurs, il ajoutait alors… « Tu sais bien ce qu’on dit toujours hein? « Chose promise, chose due ». Je te promets que très vite toi aussi tu feras du vélo comme une grande… même qu’on ira jusqu’au lac, avec un énoooooorme pique-nique »…
Quelques mots, un sourire d’ange, un regard si pur… et une petite fille, émerveillée serrant fort au creux de ses bras fragiles cet être qu’elle aime si fort…
La vie n’est rien d’autre finalement qu’un sentier de terre, battu par les vents, balayé par les marées, mais aussi baigné des rayons d’un astre réconfortant.
Les promesses, qu’elles soient destinées à une petite fille de six ans comme à une personne que l’on apprend à découvrir, sont elles aussi des petites particules d’existence… Une poussière délicate qu’il me tient toujours à coeur de répandre du mieux que je peux…


Mes p’tits muffins aux agrumes, parce que le Soleil a rendez-vous avec la Lune
… et un plein de souvenirs, pour une amitié naissante… Merci Claude-Olivier ;)

Ingrédients (pour une douzaine de gros muffins gourmands ou 16 plus petits):
—> Pour la pâte de base, c’est la même que mes Muffins aux cerises
¤ 220g de farine T80
¤ 2 oeufs
¤ 125g d’amandes effilées
¤ 100g sucre non raffiné + un peu pour saupoudrer sur le dessus
¤ 4 cuillère à soupe d’huile neutre (pépin de raisin it’s perfect ^^ sinon colza, arachide à la limite)
¤ 250g fromage blanc 0%
¤ 1/2 sachet de levure chimique
¤ 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
¤ une bonne pincée de sel

—> Après séparation dans deux saladiers:
Le premier:
¤ Un petit pot de pamplemousse curd (recette d’après le divin lemon curd de Claude-Olivier, adapté en conséquence ;) )
¤ 2 à 4 cuillères à soupe de zestes de pamplemousse (confits ou non au choix) hachés très fins
¤ 10 cl de pur jus de pamplemousse
¤ 5 cuillères à soupe de Cointreau (ça peut paraître beaucoup mais le goût diminue à la cuisson)
Le deuxième:
¤ Un petit pot de marmelade d’oranges amères (faites maison, merci môman)
¤ 2 à 4 cuillères à soupe de zestes d’orange (confits ou non au choix) hachés très fins
¤ 10 cl de pur jus d’orange
¤ 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger bio (inutile de mettre de l’arôme, ça n’a jamais de goût ces trucs là).

Pour la préparation c’est toujours pareil, je ne vous ferais pas l’affront de vour réécrire un roman lol :p. Tout simplement, après avoir grossièrement mélanger la base des muffins, vous la séparez en deux saladiers distincts.

Quels goûts et quels mélanges?
Dans le premier, versez le jus de pamplemousse, le cointreau (bande d’alcoolo xD) et les zestes puis donnez un rapide coup de cuillère pour incorporer de façon homogène.
Dans le deuxième, faire de même avec le jus d’orange, l’eau de fleur d’oranger et les zestes.
ATTENTION: toujours veiller à ne jamais trop remuer une préparation à muffins, ça lui fait perdre de son moelleux.


Beh et après alors?
On dégaine la plaque à muffins et on remplie MAIS!! Et oui il y a un mais muahahah
—> Versez d’abord une jolie cuillère à soupe de préparation au pamplemousse/cointreau (l’équivalent d’un bon tiers du moule). Puis à l’aide d’une petite cuillère, déposez une belle lichette de curd au pamplemousse au centre et recouvrez harmonieusement (et généreusement huhu *slurp*) de préparation, de manière à dissimuler habilement la crème acidulée hihihi
—> Faites de même avec la préparation à l’orange et la marmelade.

Répartissez dans tous les moules, puis saupoudrez de poudre d’amande et/ou noisette les muffins au pamplemousse, et d’une lanières d’orange confites (provenant de la marmelade huhu miam) pour les autres. Finissez avec un peu de sucre cassonade ou même de vergeoise pour une belle caramélisation.
Enfournez, comme d’habitude, 5 à 10 minutes à 200°C pour la caramélisation, puis 15 minutes à 175°C. Plantez un couteau, s’il ressort collant poursuivez encore 5 minutes mais normalement ça devrait suffire.

–}}}}-(°)<

Une promesse, si simple fut-elle… Une frêle pensée, mais qui aura peut-être apporter un peu de mon Soleil jusqu’en Suisse ?

Le coeur y est en tout cas ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Que peut-il bien se passer quand au sein d’une semaine horriblement maussade, où la pluie n’a eu de cesse de tomber, inlassable, autour de moi, soudain… un rayon est apparu ?!
Un trait, d’abord frêle… puis avec vigueur et force il perce l’horizon… pointant timidement le bout de son nez sur la cime blanchâtre de l’ancestral Ventoux…
Une joie inespérée illuminant une journée…
Un zeste d’optimisme saupoudré généreusement…
Une touche de chaleur douce, calme et voluptueuse…
Je n’ai pas de réponse… Mais finalement en faut-il réellement une? Il vient un moment ou les questions sont inutiles, ou le moment présent, rare et magique, se suffit à lui-même… En cet instant, rien d’autre m’importe que de vivre… tout simplement.

……..3°> ……..3°> ……..3°>

Petits pots tout en transparence pour journée fantasmagorique…
…et le bal des premiers papillons, dans la brise fraîche d’une aube rosée…
Ingrédients (pour deux âmes cherchant la chaleur): ¤ Deux beaux morceaux de pleyel au chocolat (brownies, fondant font très bien l’affaire ;) il est juste impératif que ce soit divinement moelleux ^^).
¤ 200g de ceris
es bien mûres
¤ Deux pots de fromage blanc (0% possible)

¤ Un blanc d’oeuf

¤ Sucre non raffiné (Muscovado, Mascobado… A défaut de la cassonade).

¤ Une jolie lichette de Kirch (bon pas pour les enfants hein ^^ quoique.. lol)

¤ Quelques amandes effilées et torréfiées

¤ Cannelle et gingembre en poudre

Un p’tit bonheur au parfum de forêt noire… Histoire de clore la balade en hiver (l’espoir fait vivre)…
Première chose à faire, triez les cerises en les coupant en deux pour retirer le noyau. C’est le petit passage casse-pieds de la recette lol mais il est indispensable (sauf bien sûr si vous avez invité votre belle-mère et que vous souhaitez lui casser une dent xD *aïe pas taper*). Saupoudrez les d’un peu de cannelle et de gingembre en poudre puis réservez.
Versez le fromage blanc dans un petit saladier et mélangez le avec le sucre. Pour la dose je fais un peu au pif au mètre ^^ (ça aime le sucre du côté de chez mes parents mais chuuuut c’est un secret hihi :p) tout dépend vraiment du goût de chacun ;) (et un peu de vos cerises aussi lol).
Jusque là ça va ?
Ok alors ben maintenant on émiette grossièrement ce divin pleyel tout moelleux… *bave* et on en profite au passage pour se laisser tenter… (il faut toujours goûter on sait jamais!!).
Montez ensuite le blanc en neige assez ferme avec une pincée de sel. Délicatement, ajoutez les à la préparation de fromage blanc sucré, et mélangez afin d’obtenir une belle mousse légère, et créer le réel contraste avec le gâteau.

Et Ben Kirch alors !!
Alors là plusieurs choix s’offrent à vous. Soit vous en imbibez le gâteau pour un effet trèèèès forêt noire (et humide aussi lol). Soit vous l’incorporez au fromage blanc, pour garder la texture du pleyel intacte. Personnellement je l’ai mis dans la crème
…Bon ok… pour tout avouer j’ai essayer les deux (comment ça pas étonnant?!) et l’un comme l’autre sont à tomber… xD donc c’est vraiment selon votre humeur ;)

Dressage party, hep hep !
Tout simplement (comme la recette d’ailleurs^^) disposez un tapis bien épais (mmmmmh..) de pleyel au fond de la verrine en tassant légèrement. Couvrez d’un peu de mousse au fromage blanc, puis d’une jolie couche de cerises à la cannelle.
Ensuite on recommence à l’identique en prenant soin de ne pas trop appuyer pour éviter d’écraser l’ensemble comme un gros barbare xD (oui oui j’vous ai vu vous là-bas !!). Le nombre de couches dépend de vous, de la taille de vos verrine mais surtout… de votre degré de gourmandise ;) .
Finir par du gâteau légèrement couvert de mousse et d’une belle cerise entière (fraîche ou au kirch héhé), parsemées d’amandes effilées et grillées…

Après la traversée des forêts froides et onctueuses… Rien de mieux qu’une virée en terres chaudes et sucrées… Rêve ou réalité? Affaire à suivre…

**************

J’envoie ces p’tites verrines à Murielle et Stanislas pour leur nouvelle escale dans un univers encore une fois merveilleux…
Divine VoiE aux saveurs LaCtéES.
Tout se passe ici !!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Se poser et ramper telle une frêle chenille…
Déposer ses valises, enfin, loin du stress d’la ville…
Se reposer, laisser son corps revivre, serein et tranquille…

Ce fut une année difficile sans aucun doute, mais aussi pleine de joies et de moments géniaux… Ces petits instants qui font que, chaque jour un peu plus, l’on se sent encore vivant. C’est vrai, le monde dans lequel nous vivons n’est pas celui dont je rêve…
Ma mère m’a dit un jour « Ma chérie tu n’es pas de ce siècle, et tu ne le seras sans doute jamais. Mais tu dois pourtant suivre ton chemin, en attendant de retrouver ces temps qui te correspondent. Le moment viendra, j’ai confiance en toi ». Depuis ce jour, j’existe, je respire et je découvre qu’une seule petite seconde peut tout changer.

**************************

Muffins gourmands pour esprits vagabonds…
…ou l’EnVol d’un âme un peu perdue vers celle de celui qui est déjà partit… (Attends moi, j’arrive ;) )


Ingrédients (pour environ 16 muffins réconfortants):
¤ 220g de farine T80
¤ 2 oeufs

¤ 200g de chocolat réduit en grosses pépites: choisissez blanc pour plus de moelleux, et noir pour un goût d’avantage prononcé (et un petit effet forêt noire lol)
¤ 2 ou 3 cerises par muffins coupées en deux (et dénoyautées of course lol)

¤ 125g d’amandes effilées

¤ 100g sucre non raffiné + un peu pour saupoudrer s
ur le dessus
¤ 4 cuillère à soupe d’huile neutre (pépin de raisin it’s perfect ^^ sinon colza, arachide à la limite)

¤ 250g fromage blanc 0%

¤ vanille liquide (à défaut 2 cs d’arôme de vanille ou 1 sachet de sucre vanillé mais bon s’pas pareil ^^), ou kirch, ou amaretto si vous êtes gourmet d’alcool sympa ;) (mariage génial avec le choco et la cerise *-* baaaaaaaaave)

¤ 1/2 sachet de levure chimique

¤ 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude

¤ une bonne pincée de sel

—-> Ingrédient secret… Un zeste de joie et un soupçon d’étoiles plein les yeux ;)

Comme toujours avec les muffins (ma môman adore dire mufhein, bien du sud xD), il est nécessaire de préparer deux saladiers distincts, avec un mélange sec et un mélange liquide.
C’est vraiment génial comme genre de gâteaux, simples et vite faites (vite dévorés aussi mdr).

Alors beh c’partit!!
On dégaine un saladier, avec la farine, la levure, le scre, le sel et on touille gaiement au fouet pour bien que toutes ces jolies poudres blanches (hummm ?!) s’assemblent dans la joie et la bonne humeur héhé. On ajoute le copain bicarbo’, on boulègue* et on réserve.

Deuxième saladier, c’est au tour des liquides d’être maltraités (pas de jaloux muahahahah). LEs oeufs et le fromage blanc en premier, un bon coup de fouet derrière les oreilles pour dégarnir tout ça et qu’ça mousse !! Ajoutez ensuite l’huile et la vanille, en prenant soin de bien tout incorporer.

Et voici venu le temps (des Cathédrales? non pitié ><) du mélange final. Versez la préparation liquide dans le saladier des ingrédients secs, et harmonieusement, avec la cuillère en bois toute fendue de votre grand-mère, remuez tranquillement au centre en incorporant petit à petit la farine et ses copains.
Attention, les muffins sont des petits êtres très difficiles et demandent, dans le cadre de leur création quasi divine et surnaturelle, un geste bien spécifique (j’dis que des couneries xD). Non plus sérieusement, il est primordial de NE PAS TROP MELANGER la préparation qui doit garder des sortes de bulles et vagues de farines et autres.
(Ne me demandez pas pourquoi lol je ne sais pas xD tout ce que je me suis rendu compte, c’est que trop mêler, ben c’est moins bien donc maintenant je me tiens à cette petite règle ^^).

Beh… voilà vous avez finit vos p’tits Muffins des Jours MonOTonEs. Remplissez simplement vos moules et enfournez 15 minutes à 175°C. Au bout de ce temps, sortez les et saupoudrez généreusement de sucre non raffiné (ou cassonade) avant de ré-enfourner 5 à 10 minutes à 200°C pour la caramélisation…

—>Un p’tit Conseil de gros gourmand?
Après avoir couvert chacune de ces délicieuses bouchées brulantes de sucre, rajoutez quelques pépites de chocolat, de la cannelle ou encore quelques amandes effilées torréfiées qui viendront s’agglomérer au sucre en une amandine croquantes huhu….
—–> Et la dégustation?
Avec un chocolat chaud c’est divin ;) Néanmoins, pour les gros fans de thé comme moi, je conseille le mariage de ces muffins avec le thé « Fleur de Geisha » (Palais des Thés) qui retrouve les notes de cerises au coeur d’un arôme delicioso ;) )

P’tit Précis de Patois:
*Bouléguer: dans le sud, ça signifie mélanger vivement et avec entrain héhé :p

………..(°< >°)…………
Oubliez la pluie, les éclairs, le tonnerre et tout le reste (oui oui votre patron et votre prof aussi) et prenez quelques minutes pour vous…
La vie c’est aussi ça quelques fois… Simplement.. Un moment hors de tout espace, son âme en voyage là où personne d’autre ne vous trouvera…

********************************

Et voilà j’ose, je me lance… Rien que pour le plaisir de partager ces p’tits bonheur de gourmandises ;)


Petit récapitulatif au passage ;)
Le thème ……

 » Muffins d’été « 

avec des fruits du soleil,
des légumes de saison estivale
ou
bien des ingrédients qui rappelent l’été.

Le jury sera composé de:
Anne @ a Foodie Froggy in Paris
Joelle @ Auntie Jo funny little kitchen
Sophie @ La cuisine de Sophie
Lilibox @ Food Box

Les règles du jeu:
la recette doit être publiée pour le 7 JUILLET 2008 (maximum)
Vous pouvez « reprendre » une ancienne recette publiée sur votre blog
ou
en créer une toute nouvelle
Déposer un commentaire chez Lilibox
avec le lien vers votre billet

Récapitulatifs de vos photos vers le 10 Juillet 2008
Publication des résultats aux environs du 17 Juillet 2008

Rendez-vous sur Hellocoton !

Turtle?… Une tortue? Oui une tortue mais pas n’importe laquelle… LA Tortue…
La Turtle, qui à travers ses recettes, ses messages, ses voyages vous transportent ailleurs…
Un ailleurs sans nom ni couleur… un ailleurs aux milles facettes, aux milles émotions, aux milles douceurs… un ailleurs si loin et pourtant tout près du coeur…

Depuis bien longtemps je parcours sa p’tite Kitchen légendaire… Ce lieu unique et magique où elle partage avec chacun ces instants de vie, et ces recettes un peu déjantées… Sans doute l’une des toutes premières à m’avoir donné envie de créer Terre Noire & Soleil Rouge…
( j’espère qu’elle ne m’en voudras pas de la considérer un peu comme une « marraine »^^)

Rien d’autre à ajouter, à part un très grand MERCI, et un énorme MERDE (bonne chance en plus poli :o :p) pour la suite de cette vie, tu le mérites ;)


THE Pleyel de la Turtle, légèrement revisité
Ou comment rendre encore plus décadent un gâteau déjà bien gourmand hihi

[recette originale ICI et que je testerais immédiatement après mes prochaines courses :p]

Ingrédients (pour 8 amoureux de sucré bien régressif):
¤ 200g de chocolat noir, dan
s mon cas un gros mix de tous ceux qu’il me restait (soit chocolat dessert 70% cacao, chocolat noir aux amandes grillées, idem aux pécans caramélisées, idem au litchee).
¤ 60g de farine
¤ une bonne cuillère à café de levure chimique
¤ 2 cuillères à soupe bombées de poudre d’amande

¤ 4 cuillères à soupe bombées de noix de coco

¤ 5 oeufs

¤ une dizaine d’oursons en chocolat/guimauve

¤ 180g de beurre

¤ 200g de sucre glace (moitié moitié pour moi, plus assez de sucre glace :/)

¤ 2 sachets de sucre vanillé

¤ 2 bonnes grosses cuillères à soupe de chocolat amer (type V.H.)

Parce que pour en arriver là, on pense qu’il y a forcément une bonne raison… Ben non, enfin si mais pas obligatoirement. En tout cas elle fut tout juste horriblement décadente… mais délicieusement gourmande hihi.

Dans un premier temps, et pour franchir tranquillou le pas et sombrer dans l’abîme savoureusement infernale de la conception de ce gâteau (où ça un péché?), préchauffez le four à 220°C.

On se retourne alors et on regarde la table sur laquelle s’exposent, en petites tenues affriolantes (oulà…) tous ces ingrédients… Les chocolats dans leur papier scintillant… Le sucre et sa couleur caramel… Les p’tits oeufs frais rappelant la maison… Le cacao amer sombre et envoûtant……
*commence à partir.. loiiiiin…*
Hum je me ressaisis… oups ;)
Coupez finement les chocolats à l’aide d’un bon couteau et disposez les au bain-marie. Quand ils commencent à être bien fondus, ajoutez le beurre en morceaux et mélangez bien de façon à obtenir une préparation lisse.
Débarrassez du bain et incorporez le sucre vanillé, les jaunes d’oeufs un à un, puis le sucre glace. Maîtresse Turtle précise que dans le cas de sucre en poudre, il convient de mêler jaunes et sucre avant puis d’ajouter. J’ai appliqué le conseil avec deux jaunes et ma moitié de sucre complet, pour les deux autres et le sucre glace… le destin s’est arrêté, noyés sous une mer de chocolat (on aurait pu vivre pire hein :p).

Une fois l’ensemble bien touillé, on recouvre des poudres d’amande et coco, puis d’une pluie de farine et de levure et hop !! quelques coups de cuillère délicat mais précis, la préparation est… PRESQUE prête (héhé z’y avez cru hein :p)
Bah oui nous reste les blancs !! les pauvres on va pas les laisser (quoi que j’aurais fait des p’tites meringues pour ma môman hihi). Dégainez le fouet et faites leur la peau (en neige bien ferme en incorporant au milieu un peu de sucre pour les serrer). Jetez le cadavre du premier dans la mer de chocolat et tentez habilement de le dissimuler…

*ressent l’étonnante impression d’être prise pour une givrée schizophrène et sanguinaire…*
………(°< .........(°< .........(°<
…hum… ^^’
Bref détendez la préparation avec une cuillère de blancs, puis une fois bien mélangée, ajoutez le reste délicatement, en remuant bien du centre vers l’extérieur du saladier pour faire entrer l’air.

LE moment tant attendu…
Découpez en morceaux les guimauves selon votre envie (mais plus ils seront gros moins ils auront tendance à « disparaître » et à se fondre dans la pâte. Personnellement je les ai tranché en 6). Adjoignez les ainsi que les cuillères de cacao amer et mélangez rapidement pour que restent des parcelles.
Zou !! Direction un joli moule à cake ou rectangulaire bien beurré (bah faut c’qui faut x) et maï dans le four.
ATTENTION pour la cuisson c’est délicat, comme le dit Alhya, il faut procéder par étapes. D’abord 10 minutes à 220°C, puis 20 minutes à 150°C. A ce stade il se peut que votre Pleyel soit cuit, vérifiez avec un couteau, si la pointe est sèche c’est bon. Sinon Zou Maï, on r’part pour 10 à 15 minutes finales à 100°C pour bien l’achever héhé.
Personnellement c’était 10+20+10, donc en super matheuse que je suis (non aurel reviens !!! lol :p) ça nous fait 40 minutes !! (yeah t’auras une image :’)).

Résultat….
Une merveille de gâteau, indescriptible, au coeur duquel se cachent des flaques de guimauve fondues laissant des alvéoles caramélisées apparaître… Je vous conseille de croire la Turtle pour ce qui est de la consommation: attendez le lendemain. Dur dur je le conçois, mais la différence est flagrante, vous ne le regretterez pas ;) .

L’odeur , qui lentement se propage dans tout l’appart, suffirait à faire tomber Attila de son éléphant alors qu’il franchit, en p’tit shorty les cimes enneigées des Alpes…
C’est dire réellement tout la décadence de ce cake…
Rendez-vous sur Hellocoton !