Archive for the ‘P’tite Recettes De Base’ Category


Alors que sous mon regard, le soleil rougeoyant scintille le long de l’horizon…
L’univers contemple son dernier adieu à la terre, douce parèdre bien aimée…
Séparés pour la nuit, il découvre la douleur de n’être plus qu’un être brisé…
Rythmée par l’attente interminable, la chute s’amorce et l’entraine vers le fond…

Depuis trop longtemps enfermé, l’animal endormi a fini par se réveiller…
Tel un lion en cage, il tourne et retourne ses idées sombres au plus profond de lui…
Comme un souffle, une parcelle vivante qui n’aspire qu’à vivre loin des dangers…
Son âme tout entière a pris le dessus, oubliant jusqu’aux reflets de son esprit.

Loin de n’être qu’une série de mois qui s’enchainent, d’années qui défilent,
La vie est une expérience à la fois si douce et si violente, sans début ni fin…
Qu’à travers les champs et les bois, elle s’insinue telle un serpent qui se faufile,
Brulant lentement sa proie de ses crochets où perlent le plus mortel des venins.

Si la tendre et maternelle Gaïa a toujours porté le monde aux travers des millénaires,
La naissance et la mort ne restent jamais que les gouttes d’un océan sans frontière.
Perdu au sein du plus complexe des mécanismes, chacun cherche une raison d’exister,
Mais le cycle a commencé… La grande horloge tourne et tournera encore pour l’éternité…

øØøØøØøØøØ

Ma fête du pain ? C’est au chocolat qu’elle se fait…
… Parce que j’aime voir le sourire de mon neveu quand il regarde gonfler son futur p’tit déj’ dans le four :)

Ingrédients [pour une quarantaine de pains au choc' minimum héhé]:
> Pour la détrempe
ø 400 ml de lait
ø 900g à 1kg de farine T55
ø 1 cuillère à café de sel
ø 60g de beurre
ø 90g de sucre
ø 22g de levure de boulanger déshydratée (SAF Instant chez mouâ)

> Pour le feuilletage
ø 320g de beurre à la bonne température (ni trop dur, ni trop mou^^)

> Et pour finir en beauté…
ø Une bonne centaine de petites barrettes de chocolat spécial pain au chocolat (oué je prévois large mais en fait j’en mets 2×2 dans chaque pain lol c’pour ça… on est gourmand ou on l’est pas hein ^^)
ø Deux jaunes d’oeuf
ø Un peu de lait et de sucre

Avant de commencer…
Précisons que cela fait un moment que l’envie me taraude de faire de vrais pains au choc’ de A à Z… Vous voyez, le truc qu’il convient de faire lorsque l’on respecte les ingrédients bien connus de la recette classique ;) Oué, j’avoue, j’ai déjà fais des dizaines de ces p’tites viennoiseries gourmandes mais à ma façon, en modifier une pâte feuilletée à ma sauce… « Oué enfin bon ça va, le pain au choc’ c’est quand même pas si différent »… Ben en fait, un peu quand même puisqu’on y trouve de la levure de boulangerie.
Alors voilà, comme je suis de toute façon incapable de suivre une recette à la lettre, ya des modifs made in Talia :p Et pour couronner le tout (spécial clin d’oeil au chef Benoît Molin), vous y retrouverez aussi un brin de « pif » parce que… je n’aime décidément pas du tout les maths :D

Vous êtes prévenus ;) C’partit mon kiki !!

LA VEILLE = La détrempe
Tout d’abord, mettez le lait à tiédir doucement. Pendant ce temps, mélangez ensemble farine sucre et sel dans un saladier et coupez le beurre en petits cubes pour l’incorporer plus facilement par la suite. Quand votre lait est légèrement tiède (37° c’est le must), versez-y la levure et fouetter bien pour faire fondre les p’tites billes et créer une jolie mousse. Une fois dissolue, il n’y a plus qu’à réunir les deux préparations ensemble pour obtenir une pâte homogène. Veillez surtout à ce qu’elle soit malléable, ni trop sèche, ni trop collante. 
On ajoute à ce moment-là les p’tits dés de beurre et on pétrit bien comme il faut pendant au moins 6 à 8 minutes : la matière grasse doit être uniformément répartie et assimilée par la pâte.

Bah voilà ! Vous êtes l‘heureux parent d’une détrempe digne de ce nom, félicitations !! ;) Y a plus qu’à lui donner une belle forme de carré régulier et la couvrir avec amour d’une film transparent. Hop, c’partit pour une douce nuit au frigo et un sommeil paisible pour bien se développer ;)

LE LENDEMAIN = Tout le reste ^^
Sortez la pâte et vos 320g de beurre pour le feuilletage en même temps. Pendant que la détrempe prend un peu la température de la pièce, on s’occupe du liant et s’en donne à coeur joie en aplatissant le bloc de matière grasse en tapant légèrement avec le rouleau à pâtisserie pour obtenir un carré assez régulier. 
Cependant, dans le cas de quantités aussi importante qu’ici, je vous conseille de séparer tous les éléments en deux, ce qui vous permettra de réaliser plus facilement votre pâte à pain au chocolat :)

Une fois les deux blocs de beurre aplatis en carré (env. 160g, soit 12 à 15cm de côté), on reprend en main les deux pâtons de détrempe. Par contre, avant de continuer assurez-vous surtout que les deux éléments (beurre ou détrempe) ont la même consistance. Ce détail est impératif pour réaliser un feuilletage réussi : si l’autre ou l’autre dait être trop mou, n’hésitez pas à le repasser rapidement au freezer.

Quand tout est prêt, les étapes de tourage commence enfin…
Placez votre premier pâton de détrempe devant vous et à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, étalez-le en « trèfle à 4 feuilles » comme pour une pâte feuilletée traditionnelle. Posez ensuite le carré de beurre aplati au centre sur la partie centrale un peu plus épaisse et rabattez sur elle les quatre bras de pâte comme pour faire une enveloppe. 
ATTENTION, voici deux règles à toujours respecter pour bien développer les feuilles de la pâte :
– la pliure doit être systématiquement à votre droite avant de commencer le tourage
– veillez à toujours passer le rouleau dans le même sens

Maintenant que votre pâton entoure amoureusement le beurre, étalez-le délicatement en un rectangle d’environ 50×20 (soit une épaisseur d’environ 6 mm). A partir de là, vous pouvez enfin réaliser votre premier tour : pliez la partie supérieure de votre bande de pâte sur le milieu avant de rabattre par dessus le tiers inférieur. Ce tour simple effectué, filmez et hop! retour au frigo pour 20 mn de repos. 
Renouvelez cette opération jusqu’à 5 fois pour chacune de vos détrempe beurrée.

Le tour double, ou le pliage en portefeuille
Si vous avez envie de pousser le feuilletage à son paroxysme, vous pouvez très bien alterner tour simple et tour double. Pour réaliser ce dernier, étalez votre pâton en un rectangle un peu plus long, soit 70×20. Rabattez ensuite les parties inférieure et supérieure l’une vers l’autre. De même taille, elles vont se rencontrer au milieu sans se chevaucher : à cette étape ça ressemble à un livre ouvert. Pour terminer le tour en portefeuille, vous n’avez plus qu’à « fermer le livre » en rabattant le côté haut sur le côté bas. Et voilà ;)

Ya plus qu’à rouler !
Les deux pâtons on subi leurs multiples tourages ? Alors c’est le moment de donner à vos pains au choc’ leur jolie forme arrondie :) Et pour ce faire, rien de compliqué…
Etalez la pâte en un rectangle d’environ 4 à 6 mm et reportez sur les côtés vos baguettes de chocolat pour avoir une idée de la largeur de vos viennoiseries. Coupez une bande de pâte de 12 cm de longueur et posez deux barrettes sur le bord devant vous. Rabattez la pâte par dessus, appuyez bien pour souder tout ça et faites un tour avant de remettre du chocolat. Terminer le pain au choc’ en roulant jusqu’au bout de votre bande de pâte.

Avec votre barrete de chocolat comme mesure, détaillez vos bandes au fur et mesure et disposez chacune de vos belles réalisations sur une plaque couverte de papier sulfurisée. Comptez au maximum 6 ou 7 pièces car ils vont gonfler encore pas mal.

Repos camarades, c’est bientôt la fin !
Etant donné qu’il s’agit d’une pâte levée avec levure de boulanger, il est indispensable de couvrir avec amour vos petites gourmandises d’un linge humide, elles ne doivent surtout pas avoir froid ! Laissez-les pousser une bonne vingtaine de minutes voir un plus plus pour que les pains au choc’ doublent de volume. Pendant ce temps mettez à préchauffer le four à 180°C option chaleur tournante et préparez votre dorure en mélangeant un jaune d’oeuf, un peu de flet et de sucre pour faciliter la caramélisation :D °°

Une fois la sieste terminée… ya plus qu’à prendre la première plaque, on lui retire sa petite serviette de bain et hop! Au chaud :D !! C’partit pour 15 à 20 minutes de cuisson, à surveiller régulièrement of course ! Dès qu’ils sont bien gonflés et feuilletés, vérifiez qu’ils sont cuits en tapotant un peu le dessous… Dans le même principe que tout ce qui touche à la Boulange, si ça sonne creux c’est GOOD !

La dernière ligne droite, et l’insoutenable attente…
On les sort avec amour, on les pose délicatement sur une grille pour qu’ils refroidissent et là c’est terrible parce qu’il faut attendre… Oui, je sais c’est sadique… Mais si vous ne vous retenez pas… C’est votre langue qui y passera :( ça serait quand même dommage de ne plus avoir aucune sensation papillesque pendant une semaine, non? ;)
Et puis ce n’est qu’une histoire de minutes… une dizaine tout au plus… Ils seront alors tout juste chauds, le chocolat fondant dégoulinant gaiment de part et d’autre des jolies spirales feuilletées…

Il n’y a plus qu’à, ils sont à vous ! ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bon… Je sais…
Noël est passé depuis deux semaines maintenant et je n’ai toujours pas mis les recettes de la tonne de gourmandises, sucrées comme salées, que j’ai pu faire à cette occasion…
Ce n’est pas faute d’avoir les photos, les recettes et même l’envie !! Non !!
Il me manque simplement…
du Temps ‘^^
Ce Temps qui file comme un train lancé à toute vapeur, quand son homonyme, l’Autre temps, fait des siennes en nous repoudrant le nez d’une blancheur étincelante…
Des milliers de p’tits flocons tombent joyeusement dans l’air glacial comme autant d’étoiles gelées, dansant sur l’immense scène de l’Univers…
Et la magie opère… la métamorphose a lieu…
Rappelant à notre doux souvenir, la puissance de Gaïa la Maternelle...
øøøøøøøøøøøøøøøø
Ca y est, c’est officiel, la neige nous rend sa p’tite visite ^^ Apparemment elle a finit par retrouver le chemin du Grand Sud… Vive les cartes Michel*n xD
Bref c’pas tout ça, mais ma porte d’entrée est gelée… Comment j’fais, moi, maintenant, pour sortir, hein ?? Ben… j’sors pas x)
Finalement, moi qui me plaignais de ne pas avoir quelques minutes pour partager mes recettes… je n’ai plus d’excuses ^^
Hop, en traîneau Simone !!

øøøøøøøøøø
P’tite pâte feuilletée pour gourmandises légères…
… parce que rien ne vaut le fait maison ;)
Ingrédients [pour 800g de pâte feuilletée environ]:
ø 500 g de Farine
ø 10 g de sel
ø 50 g de beurre fondu tiède
ø 25 cl d’eau

ø 300 g de beurre pour le tourage

Oui, je sais ce que vous êtes en train de vous dire…

« Pffff la pâte feuilletée maison.. C’est prise de tête ratatam, pour pas grand chose… Finalement les pâtes toutes faites aujourd’hui sont pas si mal… »
Moué… Ben laissez-moi vous dire une chose…
JE NE SUIS PAS D’ACCORD, DU TOUT, DU TOUT !!! xD
Plus sérieusement, j’avoue, c’est vrai que c’est long et que ça demande de l’organisation. Mais franchement, ça n’a rien de compliqué, il suffit juste de se réserver une journée et j’vous promet que dès que vous aurez tenté le coup, vous vous en voudrez presque de ne pas l’avoir fait plus tôt ^^.
Allé, rassurez-vous, et arrêtez de culpabiliser, l’adage le dit mieux que moi…
« Il n’est jamais trop tôt pour bien faire »
Alors… Vous me suivez ??
Dans un premier temps, faites fondre les 50g de beurre puis réservez le de côté le temps qu’il refroidisse légèrement. Pendant ce temps, disposez votre farine dans un grand saladier et mélangez-la avec le sel.
Faites une fontaine au centre, puis versez-y l’eau et le beurre fondu au centre, avant de remuer d’abord avec une cuillère en bois, puis avec vos mimines ;) Pétrissez-la avec tout votre amour, parce que cette p’tite boule de pâte sera très bientôt votre fierté héhé
Après quelques coups de fraisage, vous devez obtenir une « détrempe » (et oui c’est son p’tit nom.. mignon hein xD lol) lisse et homogène. Enrobez-la de cellophane et hop, passage au frais pour une heure minimum.
Profitez de l’ouverture de votre garde-manger Aglagla chéri pour en sortir les 300g de beurre nécessaire au tourage. Bon, alors là, le but c’est de réaliser un carré d’environ 15 à 20cm de côté. Pour ce faire, je vous conseille de vous aider d’un rouleau à pâtisserie, et de l’aplatir entre deux feuilles de papier cuisson, histoire de ne pas le voir rester collé à votre plan de travail xD
Une fois ce bloc formé avec toute votre dextérité ^^, deux choix s’offrent à vous et dépendent uniquement de vous.
En effet, pour que le beurre s’intègre bien dans la détrempe, il est IN-DIS-PEN-SA-BLE que les deux pâtons soient à la même température. Aussi, soit vous rentrez votre carré au frigo, soit vous sortez la première préparation en patientant quelques minutes pour qu’elle se réchauffe légèrement. Le meilleur moyen c’est encore de tester la consistance avec votre doigt ;)
Lorsque vous jugez que c’est le cas, on passe à la phase suivante :D
Etalez la détrempe sur une surface 2 fois plus grande que le carré de beurre, tout en lui donnant une forme de croix. Au centre, il est capital que l’épaisseur soit un peu plus importante car il va recevoir la matière grasse. Dépliez-la de son papier cellophane et posez-la avant de rabattre sur elle les quatre branches de votre étoile de pâte. Vous obtenez une sorte d’enveloppe renfermant votre beurre, tel le plus délicat des écrins protégeant la plus belle des bagues… (rooooh c’est bôôôô xD hum… pardon)
Formez enfin le pâton de feuilletage en tapant légèrement à l’aide d’un rouleau pour que.. Héééé !!! LEGEREMENT j’ai dis !!! xD bande de brutes !! roooh…
HUm je disais… ah oui donc, tapoter pour que les couches adhèrent entre elles et créent ce si merveilleux assemblage de matières :’)
Et maintenant… que la magie du tourage opère…
Etalez le pâton obtenu sur une longueur 4 fois supérieure à la largeur. Dans un premier temps, on réalise un tour double, histoire de bien démarrer muahahha (à oué, on fait pas les choses à moitié ici héhé). Pour ce faire, repliez les extrémités vers le centre puis pliez à nouveau en deux en superposant les côtés comme on fermerait un livre (et quel livre !! :p). Il est très IMPORTANT de respecter une régularité au niveau de la forme pour un meilleur développement des feuilles.
Normalement, à ce stade, vous devez avoir la pliure sur votre gauche, comme si vous aviez réellement un livre devant vous. En haut, à droite de la « couverture », marquez délicatement deux points avec votre doigt. Cette p’tite inscription a pour rôle de vous rappeler le nombre de tours donné. Un double c’est deux points, un simple, un point.
Félicitations ! Vous venez de faire votre premier pas dans le monde du feuilleté professionnel !! Emouvant n’est-ce pas ?? xD Oh restez zen ;) Vous allez avoir le temps de répondre à cette question existentielle puisque maintenant faut attendre… Et Hop votre bouquin : 1h au frigo entourtouillé dans un cellophane.


TIc, tac… Tic, tac…
Les minutes se sont écoulées, déshabillez votre bébé ^^ et posez le devant vous avec le marquage des tours et l’ouverture toujours à votre droite. Ben c’est r’partit, reprenez votre rouleau et zouuuuu!! On aplatit tranquillou, mais sur une longueur seulement 3 fois supérieure que la largeur. Pourquoi 3 et pas 4? Simplement car on va plier notre bande de pâte en trois et réaliser un tour simple, en rabattant d’abord le bord droit, puis le bord gauche. Amoureusement superposés, les étages forment à nouveau un carré sur lequel vous inscrivez trois marques. On lui remet son p’tit habit protecteur avant de le renvoyer faire un tour en Sibérie pour 30 minutes.
A partir de là…
Il suffit tout simplement de réitérer ces deux opérations chaque une heure et trente minutes, en alternant donc tour double et tour simple, jusqu’à en avoir réaliser 6 à 8 minimum. Of course, plus vous en ferez, plus votre belle pâte feuilletera gaiement ^^
Quand vous aurez atteint le nombre voulu, vous pouvez soit la congeler, soit la garder au frigo le temps de préparer le reste de votre recette. Dans tous les cas, il est primordial de la maintenir dans un papier cello pour ne pas qu’elle se dessèche.
…………………………………………..
Par chez moi…
Comme vous avez pu le constater lors du précédent billet, j’ai utilisé la mienne pour réaliser une jolie galette pour Pôpa et Môman… Bon mais le truc c’est que… j’en ai encore 300g…
Oh mais…
La reprise des cours c’est aussi les retrouvailles avec les potes !!
Bah voilà… pas besoin de chercher plus loin ;)
Et l’imagination se met en marche…

Mes galettes de poche…
… parce que les habitudes sont faites pour être changées…

Ingrédients [pour une quarantaine de mini versions ultra gourmandes]:
ø 300g de pâte feuilletée
ø Reste de ma crème d’amande au marron (mais vous pouvez y mettre ce que vous voulez: confiture épaisse, pâte à tartiner, ganaches diverses ou encore une p’tite crème pâtissière bien onctueuse huhu).
ø Concassé de pralin maison
Pour le coup, là, on ne peut pas faire plus simple je crois ^^
Vous étalez votre pâte en une bande rectangulaire assez régulière, vous la tartinez avec joie de votre préparation crémeuse puis hop, une p’tite pluie de pralin et c’est partiiiiiiiit !! Roulez-la de manière à obtenir un long rouleau garni, prêt à être découper en rondelles héhé.
Bon avant ça, un dernier tour au frigo pour durcir l’ensemble, histoire de faciliter la découpe.
De retour du pôle nord…
Préchauffez d’abord le four à 200°C. Ensuite, coupez en tranche votre beau pâton roulé et disposez chacune des galettes sur une plaque sulfurisée. Enfournez pour une quinzaine de minutes, tout en surveillant bien. Ca peut dorer très très vite lol ^^
MMMhhh…..
Vu ce qu’il m’en reste après la première journée de cours, j’en déduis que… ma version de poche a d’quoi s’la péter grave !! xD
Y a pas à tortiller quand même hein…
Les 10fférences, ça a vraiment du bon :D huhu
Et vous, elle s’exprime comment votre envie d’galette?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Petites pensées et Profonds Souvenirs…
… Parenthèse sentimentale pour un hommage à celle qui me manquera…
…Image de la belle Bastet, icône de douceur dans ce monde mené par Noun…

De la brève Absence à la cruelle Disparition…
Un manque si douloureux s’imposant avec violence…
Un sentiment à l’impact, un coup de poignard dans le dos…

Du simple « Au revoir » à l’éternel « Adieu »…
Une frontière si mince s’imposant avec force…
Sans même laisser à Cronos, le Temps de panser mes blessures…

Je ne t’oublierai pas ma belle…
J’espère que tu me pardonneras d’avoir tant attendu…
Un petit moment nécessaire pour souffler et reprendre mon chemin…
Tu as rejoins cet ange partit trop tôt il y a quinze ans…
Après m’avoir si bien protégée…

Je t’aime…

¤°*°*°*°¤*°*°*°¤


Depuis pas mal de temps, l’idée de faire mes propre pâtes maison avait dépassé le simple état de simple intention pour venir me chatouiller le bout des doigts… et du rouleau à pâtisserie huhu.
Soit…
Chez nous, la Pasta est directement liée aux racines
Ces p’tits filaments argentés, transmis par ma môman et qui constituent une partie même de mon être…
Un appel qui résonne, et ce message lancé…
Rejaillir, et s’étaler de nouveau au grand jour…


Vive les différentes grilles pour varier les formes ;)


Pasta et Raviolis… Jolis jolis…
… Parce que retrouver un Passé enfouis, c’est se tourner vers l’Avenir…


Au début fut la pâte…
Il en existe plusieurs sortes, comme ses cousins et cousines.
Avec ou sans oeuf, à la farine de blé dur ou à la semoule, contenant une touche d’huile d’olive ou encore quelques épices… Les choix sont divers et variés, et didiou qu’est-ce que c’est génial Wink
Alors prêt(es) pour un tour d’horizon? alors on accroche sa ceinture…
C’partit !!!

[Ingrédients et Recettes pour 4 golosi environ... (gros gourmands huhu ^^)]

Pâte traditionnelle:
¤ 400 g de farine ou de semoule de blé dur extra fine (mélange des deux possible ^^)
¤ 4 oeufs

¤ 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

¤ 10 g de sel (soit une cuillère à dessert rase)
(je la réalise aussi avec de la farine de sarrasin par rapport au gluten… Néanmoins il faut d’avantage de farine et la pâte est relativement difficile à travailler. Par contre, c’est délicieux huhu).

–> Cette recette est fondée sur la préparation utilisée pour faire ses pâtes maison ^^, c’est à dire l’habituelle proportion 1 oeuf pour 100g de farine/semoule et 1/2 cuillère à soupe d’huile.
Mélanger tous les ingrédients sur un plan de travail: faire un dôme de farine, puis un p’tit volcan dans lequel on dépose les oeufs, l’huile d’olive et le sel.
Commencez à travailler avec une fourchette en battant les oeufs et l’huile d’olive, en incorporant peu à peu la farine, du centre vers l’extérieur, jusqu’à l’obtention d’une pâte collante.
Se fariner les mains et là on hésite plus… on pétrit cinq bonnes minutes sur une surface bien farinée jusqu’à ce qu’elle soit bien élastique et sèche au toucher.
Si elle est encore collante, ajoutez un peu de farine.
A l’inverse si elle devait être trop sèche, ajouter de l’eau tiède petit à petit selon le besoin, jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Mettre un grand bol sur la boule de pâte et laissez reposer entre trente minutes et une heure .

On peut aussi faire copain copain avec son robot Razz On n’en tiendra pas rigueur promis (vive la flemingite aigüe xD)
[Cuisson: Pochage dans une eau bouillante salée. A sortir lorsqu'ils remontent à la surface.]

La version de Jamie Oliver:
¤ 75g de farine type 55

¤ 175g de semoule très fine.

¤ 2 gros oeufs frais

¤ 3 jaunes d’oeufs frais

–>Suivre le même système que la précédente ^^.
[Cuisson: Pochage dans une eau bouillante salée. A sortir lorsqu'ils remontent à la surface.]

Pâte à raviolis version végétalienne:
¤ 40g de farine de soja
¤ 360g de farine de blé

¤ 16 à 20 cl d’eau

¤ 2 cuillère à soupe d’huile

–>Idem pour la préparation ^^.
[Cuisson: Pochage dans une eau bouillante salée. A sortir lorsqu'ils remontent à la surface.
Cette recette supporte également la cuisson à la vapeur. Ils sont cuits lorsqu'ils deviennent légèrement transparents]

De délicieux raviolis… mais aussi de langoureuses spaghetti (ici farine sarrasin et quinoa) :D

Pâte à raviolis chinois, les won-ton:
¤ 250 g de farine de froment ou blé (de riz pour moi)

¤ 4 CS huile

¤ 1 pincée sel
¤ 10 cl d’eau

–> Mettre la farine dans une jatte, ajouter l’huile, le sel, bien mélanger jusqu’à ce que cela fasse comme du sable.
Ajouter alors l’eau petit à petit en mélangeant bien avec les doigts, jusqu’à obtenir une pâte bien homogène, qui soit souple mais ferme.
Laisser reposer 30 minutes.
[Cuisson: Cuisson à la vapeur. Ils sont cuits lorsqu'ils deviennent légèrement transparents.
Ils supportent également la cuisson par bain de friture.]

Pâte à raviolis Indiens, les samossas:
¤ 400 g de farine de type 55 ou 65 si possible

¤ 2 à 3 cuillères à soupe de ghee (beurre clarifié) ou de beurre fondu refroidit
¤ environ 230 ml d’eau tiède (selon le T. de votre farine)
¤ 2 petites cuillère à café de sel

–> Mélanger tous les ingrédients secs. Incorporer le beurre ou le ghee à température ambiante en malaxant bien.
Ajouter peu à peu l’eau en mélangeant bien. Attention il est réellement important de ne pas tout verser car la quantité d’eau exacte dépend de votre farine, de la température… Elle risquerait alors d’être trop liquide.
La pâte doit être légèrement collante au début mais après quelques minutes de pétrissage, elle devient bien lisse et ne colle plus.
Pour savoir si c’est bon? On enfonce un doigt dedans, ça laisse une jolie marque Wink
Recouvrir d’un torchon humide et réserver minimum 30 minutes.
[Cuisson: Cuisson à la vapeur. Ils sont cuits lorsqu'ils deviennent légèrement transparents.
Ils supportent également la cuisson par bain de friture.]

Pâte à raviolis tibétain, les momo:
¤ 400 g de farine

¤ 20 cl d’eau
¤ 2 cs d’huile

¤ sel

–> Mélanger tous les ingrédients, jusqu’à obtenir une jolie boule non collante. Plus vous travaillez la pâte, minimum syndical de 10 minutes, plus vos momo seront légers.
La filmer et laisser reposer au moins 1/2 heure. On la retravaillera de nouveau au moment de façonner les raviolis Smile
[Cuisson: Cuisson à la vapeur. Ils sont cuits lorsqu'ils deviennent légèrement transparents.
Ils supportent également la cuisson par bain de friture.]

Yahiiiiiiiiiiiiiiiou !! Voilà vous êtes armés de recettes de pâte à raviolis, pour un voyage aux quatre coins du monde ^^ lol
A vous de voir laquelle vous préférez Wink selon ce que vous recherchez, ainsi qu’au mode de cuisson ou allergies diverses.

Une version sucrée? :D


Former ses raviolis?
Rien de bien compliqué Wink dans tous les cas il est nécessaire d’étaler la pâte.
–> Au rouleau (difficile mais faisable ^^ ça fait les muscles Wink). L’abaisse doit atteindre 1 millimètres voire 2 à la limite.
–> Sinon penser au laminoir à pâtes fraîches Wink et sortir alors des bandes de pâte semblables aux feuilles de lasagnes.

¤ Méthode de pliage individuel: prendre un verre ou un emporte-pièce, détailler des cercles ou autres formes, garnir et fermer en Demi-lune, rectangle, formes autres comme les plissés japonais et chinois… Ou en superposer deux pour former des ronds… Bref c’est au libre désir de chacun Wink
¤ Méthode « rapide »: Réaliser des bandes de pâte assez longues et larges, déposer sur une moitié dans la longueur des petits tas espacés. Rabattre ensuite la moitié-longueur dessus, couper individuellement chaque raviolis et les souder avec un peu d’eau ou d’oeuf.

Dernière alternative… La botte secrète Wink
Si jamais vous ne vous sentez pas de faire votre pâte, que vous êtes atteinte d’une trèèèèèèèèèèèès profonde crise de flemouille, ou que vous êtes simplement pressé(e), voici LE meilleur moyen pour se régaler quand même….
Allez donc faire un tour dans votre p’tite ville et procurez-vous… des carrés de pâtes Won-ton, en vente dans toutes les bonnes épiceries asiatiques Wink Ils se trouvent souvent en rayon frais et/ou rayon congelé. Honnêtement j’en ai toujours un paquet au congel’, c’est vraiment pratique et très bon ^^

Voilà je crois que j’ai fais le tour du sujet Smile
Bonne séance de pâtouille à tous et faites vous plaisir avec les farces mais aussi avec les différentes farines ;)
Il y a de quoi se laisser aller à une douce folie pleine d’imagination hihi


*************

Des centaines de raviolis, pour tous les goûts, pour toutes les envies….
Et un voyage éclair au plus profond de la famiglia.

(C’est le congélateur qui va tirer la tronche xD
)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les jours passent de plus en plus vite… et l’heure du Grand Retour se fait sentir…
Les douces chaleurs de l’été s’estompent… Rê commence sa crise d’adolescence et s’amuse à jouer à cache-cache
Septembre arrive à pas de loup, la démarche féline, tel un prédateur guettant sa proie… Tapis dans l’ombre du Zéphyr, il se prépare à bondir…
La Nature change… ayant offert ses bienfaits durant toute la saison, Elle souffle… se délasse enfin pour mieux renaître…
Tel un papillon, la fine poussière recouvrant ses ailes se dissipe… La métamorphose s’esquisse…

Passer de l’autre côté… Accepter cette nouvelle incarnation, au coeur d’une matrice apaisée…
Besoin de fuir, de réfléchir, de respirer…
Prendre l’air…
Saisir des instants hors du temps… Capturer ces moments, au sein d’un univers transformé…
Loin des gens, de la société, du monde…

*************

Quelques fois, il devient nécessaire de quitter le cocon familial, le nid si douillet qu’on y passerait bien des heures durant (ah tiens c’est déjà ce que je fais xD)…
Je prends mes pieds avec moi et je pars…
Souvent seule… Parce que j’ai besoin de me retrouver, Parce que l’âme lance un appel transcendant vers un silence profond… Un retour aux sources pour entrevoir l’avenir…
Et puis il est des jours où le chemin qui s’étale devant nous se partage avec ceux qui font partit de soi…
Ces autres dont le coeur entonne une chanson si douce à notre être… parce qu’ils sont un peu de nous… parce qu’on vient d’eux…

Mon p’tit pays à moi abrite de superbes lieux, où il fait bon d’aller se perdre. Sans peur ni boussole, rien que ses chaussures, ses gambettes et son âme…
Là, aux côtés de ceux qui m’ont offert d’exister, j’ai découvert un sentier vierge… Avancer pour mieux se relever… Au coeur de Gaïa, sur les flancs du majestueux Mont Ventoux, j’ai ré-appris à aimer cette essence que j’avais délaissé…

Une balade à pieds, en pleine nature par un dimanche divinement ensoleillé ? Rien de mieux qu’un bon p’tit casse-croûte :D
C’partit pour un pique-nique… en famille ;)
(merci Pôpa et Môman… merci pour tout…)

*- »" »-*- »" »-*

« Courgettes, mozza’ et to’fumé… yé yé »… sur un air bien connu… *chantonne*
… Parce qu’un cla’foutis, c’pas forcément foutu ?…

Ingrédients [pour un moule rond (et ron, petit patapon) de 28 cm]:
Note: il est nécessaire de le prévoir à bord assez haut, type moule à manquer.
Il s’agit d’une recette végétarienne, pouvant être adaptée en version « omnivore » lol (les modifications sont entre parenthèses ;) ).

¤ 600g de courgettes, soit deux à trois moyennes
¤ une mozzarella di Buffala (ou selon l’envie un chèvre demi-sec, un brebis moelleux, voire même un joli morceaux de roquefort délicieusement odorant…)
¤ 140g de farine + une cuillère à soupe de fécule de pomme de terre

¤ Un pavé de tofu fumé coupé en cubes (ou
deux belles bardes de lardons fumés, 125g environ, coupées en allumettes)
¤ 10 cl de crème de soja

¤ 100g de tofu soyeux (ou un oeuf)

¤ 30 cl de lait de soja

¤ Persil, marjolaine, menthe sauvage et ciboulette fraîches hâchées

¤ Curry, graines de pavôt et de sésame, paprika fumé (à défaut du normal fera l’affaire ;) )

¤ Sel et poivre, herbes de Provence

Pour prendre des forces avant de décoller son fessier de l’herbe, il faut indéniablement se préparer de bons p’tits plats. Mais qui dit pique-nique dans la folle avoine, répond trop souvent dwichs-dwichs… Boaf moi j’aime pô trop les pains-plein-de-trucs-gras (oui je sais on est pas obligé, mais mes parents ne voit un sandwich que comme ça lol) alors on réflechit (oui oui xD) et pouf !! Une idée survient… rooooh c’est magique x)
Ce clafoutis se mange sans problème sans assiette ni couvert, sauf un couteau pour en faire des parts, of course ;)

Dans un premier temps, coupez les courgettes en tagliatelles à l’aide d’un économe (j’ai dégainé mon Castor :D tout neuf huhu), et faites les revenir avec un filet d’huile d’olive dans une poêle à feu moyen-vif. Les laisser rendre leur eau puis s’évaporer, avant d’assaisoner de cumin, pavôt, sésame, herbes de Provence, sel et poivre. Poursuivre à feu fort quelques secondes pour bien les saisir. Huilez votre moule légèrement, et disposez les lanières au fond, en les répartissant bien également.
Dans la même poêle, jetez (doucement rooooh bande de brutes !! :p) les p’tits dès de tofu fumé (ou les lardons fumés… Dans ce cas et s’il s’agit de bon lard, ils ne devraient pas rendre d’eau. Si c’était le cas… ben navrée pour vous, vous vous êtes fait avoir muahahahah xD hum.. bref jetez le liquide au fur et à mesure jusqu’à ce qu’ils soient bien grillés.)
Quand ça sent bon et qu’ils ont prit une belle couleur… Hop!! on coupe le feu et on laisse tranquillou billou les p’tits refroidir.


La pâte à clafitouille (ouille-ouille ^^)
Dans un saladier, versez la farine et la cuillère de fécule, mélangez et réalisez un cratère tout ramimi au centre, avant d’y inclure la crème et le tofu soyeux ou l’oeuf, rapidement battu au fouet. Remuer à partir du centre vers l’extérieur, en ajoutant petit à petit le lait, jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Adjoindre les herbes fraîches finement ciselées, le curry (selon votre goût), sel, poivre et quelques tours de 5 baies. Un dernier coup de fouet magique et Zouuuu, c’est finit :D

Et le clafoutis aussi il monte la montagne à pieds? (Moi j’préviens, j’le porte pas s’il fatigue hein…)
Reprenez le plat avec les courgettes et disposez par dessus les dès de tofu (ou les lardons). A l’identique, répartissez le fromage choisit et découpé/écrasé sur toute la surface.
Saupoudrez d’une dernière pincée de curry, sel et 5 baies, et finissez en versant la préparation liquide. Tapotez un p’tit coup le moule pour répartir uniformément l’appareil et… heu… ben voilà lol. Pas trop compliqué ça va ? :p

Pour d’avantage de goumandise (on se demande qui se sent concerné par ce paragraphe tiens…):
Il est bien entendu possible de parsemer le dessus du clafoutis d’une épaisseur (conséquente…) de fromage râpé, gruyère, parmesan ou brebis bien sec en copeaux ;)
Pour la cuisson ? 30 à 45 minutes, à 180°C, il est important de surveiller lors de la dernière phase, car il sèche assez vite. Si jamais il devait être trop « gratiné » avant la fin, pensez papier alu version « superman protector » ;)

[ Petit soucis de batterie sur l'appareil photo, du coup je ne pourrais pas vous montrer le dit Clafoutis en question, dévoré après cette p'tite balade :/ je me rattraperais promis ;) ]

°°0°°0°°0°°0°°

Hors de question de terminer un repas sans dessert, et les pique-niques ne font pas exception huhu ;)
L’été rime avec fruits, pêches et fraises parfumées, abricots moelleux, melons, prunes et autres raisins précoces… Tant de délicieux nectars sucrés que nous offre Gaïa, aux couleurs chatoyantes, véritables condensés de bonne humeur
Toutefois, si la saison commence à s’endormir petit à petit, ils ne disparaissent pas pour autant de notre panier.
Plein de vitamines pour préparer comme il se doit les mois à venir, les premiers fruits secs font leur grande entrée sur le devant de la scène… et on ne va pas s’en plaindre hihihi :p

D’hivers p’tits gâteaux pour stock de bonne humeur…
… Parce qu’on fait tous les Ecureuils à l’arrivée de l’automne…

Les deux premiers sont des essais de recettes en provenance de deux blogs géniaux et horriblement gourmands…

… Les cookies chewy à souhait, piqué au sein de La Folle Cuisine d’Eryn (mon père a adoré, merci m’dame pour la recette ;) ) hihihi.
Je ne remets pas la recette, elle l’explique bien mieux que moi ;) et puis je n’ai rien changé… sauf l’ajout de gros morceaux de chocolat bien noir… Comment ça vous ne vous étonnez même plus? Ben tiens… xD
… Les M’Chewek moelleux au goût délicatement prononcé, découverts au coeur du Palais des Délices de Céline. J’ai simplement omis les fruits confits ^^.
Merci pour le voyage dépaysant, pour le coup c’est ma môman qui a été fan (et c’est pas peu dire lol ;) elle adoooooooore les pâtisseries orientales).
Je ne peux que vous conseiller ces deux petits bijoux sucrés ;) deux péchés de gourmandises à l’état brut ;) En attendant, voici le troisième laron au menu…

J’avais envie de refaire des Cornes de Gazelle depuis pas mal de temps… Mais quand on cherche sur la grande toile une recette (et la meilleure tant qu’à faire lol^^) ben… on en trouve beaucoup trop !! xD Du coup j’ai laissé tomber, j’ai rejoins ma cuisine et… mes goûts ont fait le reste. Une recette complètement au pif, aussi je m’excuse d’avance si les ingrédients et la façon de faire ne sont pas celles « d’origine »…

Les Cornes d’une Gazelle Italiano-Corse
… parce qu’il ne faut pas refoulée nos envies subites *rouge*…

Ingrédients [pour une trentaine de mini-bonheurs croquants... ou 4 p'tits rongeurs gourmands]:
–> Pour la pâte:

¤ Deux cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger
¤150g de farine (à adapter selon la consistance)
¤ 30g de beurre mou

¤ Cinq cuillères à soupe d’eau (également à adapter)

¤ Un jaune d’oeuf

–> Pour la farce:
¤ Un blanc d’oeuf

¤ 150g de poudre d’amande

¤ 100g de sucre glace

¤ 20g de graines de sésame torréfiées

Amande… Parce qu’elle le vaut bien
Comment ne pas succomber hein? Hum… Commencez donc par réaliser la farce. Rien de plus simple, dans un saladier, mêlez tous les ingrédients ensemble et mélangez rapidement au fouet manuel. Et oui, même pas besoin de monter les blancs en neige ;)
Une fois une pâte relativement épaisse obtenue, on envoie au frigo et hop!! on enchaîne :p

La pâte, ou le coffre fort de mam’zelle Amande
Pour protéger son p’tit coeur, il lui fallait un cocon de bonnes choses… Totalement slurpesque soit dit au passage.
Dans une jatte, mettez la farine et réalisez un puit au centre duquel l’on verse alors le jaune d’oeuf, l’eau de fleur d’oranger et quatre cuillères à soupe d’eau. Mélangez d’abord à la cuillère en bois puis à la main, en assimilant au maximum les ingrédients entre eux. Disposez le pâton sur un plan de travail légèrement fariné, et étalez-le grossièrement. Ajoutez le beurre au centre et repliez de part et d’autre, de manière à l’emprisonner au coeur de la pâte.
Avec le plat de la main pétrissez rapidement pour intégrer la matière grasse au reste, en farinant si besoin est. Malaxer durant quelques minutes pour bien développer le gluten.
Une fois tous les éléments bien incorporés, roulez-la en boule, entourée de film alimentaire, avant de réserver au frigo avec la farce pour une demie heure minimum.

Amaaaaaaaaaaaaande (sur un air bien connu, d’une jeune femme légèrement volage, obsédant un boxeur non moins barré du cervelet… on se rappelle…) *mode Souvenirs, Souvenirs ON*
Quand la pâte a suffisament reposée, sortez-la, enlevez le film et travaillez-la légèrement pour la réchauffer un peu (elle est frileuse la pauvre ^^). Préchauffez le four à 180°c.
Maintenant, c’est le moment de mettre les enfants, le mari, le chat, ou tout autre « être vivant » hors de la cuisine… Enfin libre à vous, mais moi quand je me saisis de Bob, mon Rouleau à Pâtisserie, vaut mieux pas être dans le coin xD
Fleurez le plan et étalez la pâte le plus finement possible. [Si vous préférez le mode "flemmarde et fière de l'être, vous pouvez également utiliser une machine à faire les pâtes ^^ *regarde tout le monde sortir l'engin de torture* raaaah z'êtes incorrigibles xD].
Découpez des ronds à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un verre, selon la taille que vous voulez donner à vos cornes de gazelle. Une fois qu’ils sont tous prêts, piquez chacun d’eux avec une fourchette sur toute leur surface. On peut même s’amuser à faire des p’tites déco (des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous !!).
Disposez un peu de farce sur une moitié et repliez l’autre par dessus, en soudant bien les bords. A l’aide des dents d’une fourchette appuyez sur la jonction, ça ajoute à la solidit et c’est plus joli ;)
Faites de même pour chacun, avant d’enfourner sur papier sulfurisé.


Cuisson et glaçage sexy…
Une quinzaine de minutes au four dans un premier temps suffisent. Une fois ce temps écoulé, sortez-les et à l’aide d’un pinceau couvrez-les amoureusement de miel sur les deux faces. Dans un tupper, versez du sucre glace et de la cannelle, disposez-y les cornes miélées. Fermez ensuite la boîte et remuez de manière à bien les enrober.
On remet tout ça sur la plaque du four et ZOU! c’est repartit pour 5 minutes, position grill (surveillez bien hein !!! leur vie est entre vos mains !!!!!!! et ‘Tention Rocky a l’oeil xD)
Quand elles prennent une jolie et légère coloration, c’est prêt… Gaffes… C’est chaud huhu
*passe un doigt sur sa langue toute crâmée…*

Y’a pas à dire… Les pique-niques c’est tout simplement génial…
Vivement le prochain :D

Gaïa perd sa ramure d’été, pour revêtir des couleurs plus automnale…
Néanmoins les senteurs demeurent et le soleil illumine de ses derniers rayons estivaux les enfants de la Terre. Quelques framboises, dissimulées, coquines, sous leur feuillages odorant…
Et les arbres, centenaires, nous rappellent la valeur d’une existence…
Ephémère & Fragile
Rendez-vous sur Hellocoton !
12