5h du mat’, les yeux ouverts tels des billes (comme chaque jour)..
Première pensée? « Si seulement la pluie pouvait être partie en vacances loin d’ici… »
A se demander si j’étais bien réveillée quand je me suis posée cette semi-interrogation… Parce qu’au final, on peut toujours rêver il pleut toujours >< *Rofl...* Qu'à cela ne tienne !! Ahah je ne me laisserai pas faire par de gros nuages noirs, menaçants et pleins d'éclairs !! Namého... Tiens pour la peine je contre et rencontre un pays lointain, juste pour le plaisir de rendre le sourire aux visages maussades qui errent, tristes, autour de moi. Si le temps n'est pas au rendez-vous, l'amour et le bonheur ne doivent pas pour autant suivre l'exemple ;) Quoi de mieux finalement que de se lancer un double défi ? Qu'importe si l'on échoue.. Personnellement j'adore. Se donner un objectif, et tout faire pour tenter, de son mieux, de le réaliser. Et si en plus vous pouvez offrir l'envie d'avancer aux autres? :) Que demande le peuple ;) Et ben justement... des Sushis hihi ........<<(°0 *blup* 0°)>>……..


Sushis ramimi pour parents déprimés par le temps…
… Et mode supplication divine: « Rê reviens, on a les même à la maison !… »

Ingrédients (pour 5 rouleaux de six à huit Makis, donc heuuuu… 4 soleils levant omnivores^^ et une petit végé cachée derrière son nuage xD)
¤ 5 feuilles de nori
¤ Une carotte
¤ Une courgette
¤ Un demi petit concombre
¤ Deux ou trois champignons shiitakés
¤ 3 verres de riz japonais (ou à défaut riz rond, à risotto)
¤ Mayonnaise maison
¤ Saumon/Truite/Thon (ou encore autre poisson au choix) cru. La quantité est à adapté selon le nombre de makis souhaité.
¤ Une dizaine de crevettes roses
¤ Une omelette fine (2 ou 3 oeufs suffisent)
¤ Crème d’Anchois
¤ Salade Verte
¤ Poivre, 5 baies, 5 épices japonaises, Aneth
¤ Citronnelle (ou ciboulette à défaut)
¤ Fromage blanc

Depuis le temps que je rêvais de faire des sushis :D et bien voilà c’est chose faite muahhaha
J’avais, je l’avoue, une appréhension sévère quant à la phase « montage » des makis… C’est sûr, voir de beaux rouleaux sur les blogs ça donne envie de se jeter, tête la première, dans le bol de riz vinaigré (ouille c’est pas profond xD). Mais quand on est devant sa feuille de Nori… Beh on fait moins la fière hein !! lol
Tssss hors de question de faire machine arrière !! Allé, on saute !!!!!!!

« Petite » préparation des ingrédients
Simple, concis et clair certes… MAIS!! Long lol.
On commence par la cuisson du riz, qui n’a plus besoin de nous une fois qu’il trempe allègrement dans son petit bouillon. Rien de bien compliqué en réalité, surtout quand la grande Prêtresse du Sushis vous l’explique aussi Claire-ment (hihihi le jeu de mot, Désolée m’dame Claire ^^). Rendez-vous donc ici pour plus d’explications. Personnellement, je trouve son site génial et sa façon de partager et d’apprendre à chacun tout simplement excellente. Merci beaucoup M’dame Cléa :D


Pendant que les p’tits grains de riz se métamorphosent et prennent la couleur (enfin plutôt la texture lol) du pays du Soleil Levant, coupez vos légumes et champignons en julienne. Disposez-les dans un grand plat de manière à avoir plus facilement chacun à portée de main au moment de l’assemblage ;) .
(Suis en train de me dire que vu le côté tellement « complet » du post de dame Clea, je n’ai plus rien à dire mdr xD Bah tant pis j’continue quand même na!!).
A l’image des crudités, coupez également les pavés de poissons et l’omelette en lanières, ainsi que les crevettes en deux dans le longueur, puis réservez. Enfin détaillez rapidement la salade verte en long.
Préparez une mayonnaise, ainsi qu’une sauce au fromage blanc assez épaisse à l’aneth, gingembre et citronnelle.

Une fois le riz cuit et assaisonné, laissez-le légèrement tiédir, histoire de ne pas vous brûler les mimines au moment de l’étaler sur la nori lol. Le mieux, comme Clea l’indique, est encore un grand plat à gratin (à défaut du plat en bambou qui est le must of course ^^), permettant de l’étaler convenablement.

Tout est prêt? Zou!
Les conseils de Clea imprimés et en avant sur ma table lol, je me lance enfin… Houhouuuuu !!
Prévoyez un bol d’eau pour tremper vos doigts et éviter d’avoir du riz collé aux pattes. De même assurez-vous que vous ingrédients choisis sur sur le table et facilement organisés pour ne pas avoir à les chercher partout ^^. Une fois que tout est radis, on y va…
Disposez une feuille de Nori devant vous sur la natte de bambou (ou un papier alu ça marche aussi très bien ;) ), prenez une poignée de riz et couvrez l’algue sur une épaisseur de quelques millimètres. Le plus important est avant tout d’avoir une surface uniforme et homogène, tout en laissant un vide sur les bords droit et gauche, ainsi que le côté opposé à vous. Une fois le riz bien étalé, vous n’avez plus qu’à laisser aller votre imagination, et garnir des ingrédients qui vous plaisent.


Et les miens, à quoi-qu’ils-z’étaient?

Les Versions poissonivores :p
¤ Makis Courgette , Mayonnaise, Saumon, Carotte
¤ Makis Crevette, Courgette, Mayonnaise, Shiitakés
¤ Makis Crème d’anchois, Laitue, Carotte, Concombre
¤ Makis Truite (ou saumon), Omelette, Mayonnaise, Laitue

Les Versions Végétariennes (bah vi, j’compte pas les r’garder manger hein Lili :p ^^)
¤ Makis Laitue, Shiitakés, Carotte, Courgette, Omelette
¤ Makis Crème de fromage blanc, Concombre, Laitue, Shiitakés, Cornichons

Voilà pour ceux déjà « testés »… J’ai encore pas mal d’idées derrière la tête, qui devront attendre que j’ai un peu plus de temps pour se réaliser… Ceci étant, je crois que même si Monsieur Sablier prend son temps, je vais le presser… Parce que moi, les Sushis… je suis vraiment fan.

Je remercie encore une fois Clea, pour ses fantastiques site et livres, et au delà pour ce qu’elle représente… Une m’dame simple et géniale ;)

Finalement, le plus important c’est encore de se faire plaisir non?
Alors au diable les secondes, les nuages et la mauvaise humeur… Et place à toutes ces p’tites choses, quelques fois si merveilleuses qu’elles transforment une personne…
Rendez-vous sur Hellocoton ! Share SHARE
« Chose promise, chose due… »
Ah le vieil adage qui fait foi depuis des lustres… Non que je sois une grande amatrice de dictons, il est des moments où ils me reviennent, sans crier gare…
Une sorte de réminiscence, qui résonnerait tel un chant au creux de mon oreille… Une odeur de sauce tomate… La vision d’une ratatouille frémissante… Un vélo (dé)laissé au milieu de la cour, une roulette en moins pour un pas de plus vers le monde des grands…
Et mon frère… m’observant un sourire sur les lèvres… « Ne t’inquiètes pas p’tite soeur, bientôt la deuxième aussi s’en ira. » Devant mes pleurs, il ajoutait alors… « Tu sais bien ce qu’on dit toujours hein? « Chose promise, chose due ». Je te promets que très vite toi aussi tu feras du vélo comme une grande… même qu’on ira jusqu’au lac, avec un énoooooorme pique-nique »…
Quelques mots, un sourire d’ange, un regard si pur… et une petite fille, émerveillée serrant fort au creux de ses bras fragiles cet être qu’elle aime si fort…
La vie n’est rien d’autre finalement qu’un sentier de terre, battu par les vents, balayé par les marées, mais aussi baigné des rayons d’un astre réconfortant.
Les promesses, qu’elles soient destinées à une petite fille de six ans comme à une personne que l’on apprend à découvrir, sont elles aussi des petites particules d’existence… Une poussière délicate qu’il me tient toujours à coeur de répandre du mieux que je peux…


Mes p’tits muffins aux agrumes, parce que le Soleil a rendez-vous avec la Lune
… et un plein de souvenirs, pour une amitié naissante… Merci Claude-Olivier ;)

Ingrédients (pour une douzaine de gros muffins gourmands ou 16 plus petits):
—> Pour la pâte de base, c’est la même que mes Muffins aux cerises
¤ 220g de farine T80
¤ 2 oeufs
¤ 125g d’amandes effilées
¤ 100g sucre non raffiné + un peu pour saupoudrer sur le dessus
¤ 4 cuillère à soupe d’huile neutre (pépin de raisin it’s perfect ^^ sinon colza, arachide à la limite)
¤ 250g fromage blanc 0%
¤ 1/2 sachet de levure chimique
¤ 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
¤ une bonne pincée de sel

—> Après séparation dans deux saladiers:
Le premier:
¤ Un petit pot de pamplemousse curd (recette d’après le divin lemon curd de Claude-Olivier, adapté en conséquence ;) )
¤ 2 à 4 cuillères à soupe de zestes de pamplemousse (confits ou non au choix) hachés très fins
¤ 10 cl de pur jus de pamplemousse
¤ 5 cuillères à soupe de Cointreau (ça peut paraître beaucoup mais le goût diminue à la cuisson)
Le deuxième:
¤ Un petit pot de marmelade d’oranges amères (faites maison, merci môman)
¤ 2 à 4 cuillères à soupe de zestes d’orange (confits ou non au choix) hachés très fins
¤ 10 cl de pur jus d’orange
¤ 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger bio (inutile de mettre de l’arôme, ça n’a jamais de goût ces trucs là).

Pour la préparation c’est toujours pareil, je ne vous ferais pas l’affront de vour réécrire un roman lol :p. Tout simplement, après avoir grossièrement mélanger la base des muffins, vous la séparez en deux saladiers distincts.

Quels goûts et quels mélanges?
Dans le premier, versez le jus de pamplemousse, le cointreau (bande d’alcoolo xD) et les zestes puis donnez un rapide coup de cuillère pour incorporer de façon homogène.
Dans le deuxième, faire de même avec le jus d’orange, l’eau de fleur d’oranger et les zestes.
ATTENTION: toujours veiller à ne jamais trop remuer une préparation à muffins, ça lui fait perdre de son moelleux.


Beh et après alors?
On dégaine la plaque à muffins et on remplie MAIS!! Et oui il y a un mais muahahah
—> Versez d’abord une jolie cuillère à soupe de préparation au pamplemousse/cointreau (l’équivalent d’un bon tiers du moule). Puis à l’aide d’une petite cuillère, déposez une belle lichette de curd au pamplemousse au centre et recouvrez harmonieusement (et généreusement huhu *slurp*) de préparation, de manière à dissimuler habilement la crème acidulée hihihi
—> Faites de même avec la préparation à l’orange et la marmelade.

Répartissez dans tous les moules, puis saupoudrez de poudre d’amande et/ou noisette les muffins au pamplemousse, et d’une lanières d’orange confites (provenant de la marmelade huhu miam) pour les autres. Finissez avec un peu de sucre cassonade ou même de vergeoise pour une belle caramélisation.
Enfournez, comme d’habitude, 5 à 10 minutes à 200°C pour la caramélisation, puis 15 minutes à 175°C. Plantez un couteau, s’il ressort collant poursuivez encore 5 minutes mais normalement ça devrait suffire.

–}}}}-(°)<

Une promesse, si simple fut-elle… Une frêle pensée, mais qui aura peut-être apporter un peu de mon Soleil jusqu’en Suisse ?

Le coeur y est en tout cas ;)

Rendez-vous sur Hellocoton ! Share SHARE
Durant plusieurs années j’ai participé à l’animation médiévale d’un château du XIème siècle. Ce sont d’excellents souvenirs, surtout le contact avec les gens, qui très souvent se trompent lourdement sur cette période de notre histoire ^^. Certes, il y eut des fois où le dialogue était plutôt « délicat », trop bornés pour comprendre, ou simplement trop individualiste et supérieur pour partager deux cultures.
Toutefois très souvent chacun d’eux nourrissait cette envie un peu folle, un peu étrange de cerner une histoire en apparence si différente.
Dans mon cas, je m’occupais de la cuisine (étonnant n’est-ce pas? Je n’ai jamais compris pourquoi ni comment je me suis retrouvée là mdr ^^). Expliquer toutes les caractéristiques de cette gastronomie oubliée, des ingrédients au outils utilisés, les recettes, les goûts, ce fut une expérience géniale.

Au coeur de ma cuisine je n’étais plus cette étudiante du XXIème siècle… parce qu’au delà d’un quelconque changement d’apparence, c’est l’âme qui voyage… Et l’esprit, loin de toute préoccupation moderne, redécouvre la joie d’un monde simple et d’une histoire riche…
Alors seulement on se rend compte de toute l’idiotie de cette société, étouffante et déprimante…
Et des hommes, soit disant supérieurs, mais qui n’ont rien à envier aux méthodes barbares de ce Moyen-âge trop mal vu… Ces êtres qui s’énivrent de pouvoir et d’argent, quand tant d’autres meurent de faim et de soif…
Finalement, le Moyen-Âge est bien moins noir que l’on veut bien nous le laisser penser ;)

Du pourpre et du sang pour un Nectar de Dyonisos aux senteurs d’autrefois…
… l’Hypocras, une page d’Histoire épicée à partager dans la joie et l’allégresse.


Ingrédients (pour 1,5L litres de potion magique, ou huit médiévistes en braies courtes):
¤ 1L de vin rouge
¤ 2 bâton de cannelle et une demie cuillère à café de cannelle en poudre
¤ Un tronçon de 1cm de gingembre frais émincé en allumettes (ou Une cuillère à café de gingembre en poudre)
¤ 2 cuillère à soupe d’eau de rose [facultatif]
¤ 2 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
¤ 5 cuillères à soupe de miel ou 130 à 150g (liquide c’est plus pratique, mais le crémeux sera sans conteste meilleur, tant au goût que pour la santé^^)
¤ Une demie cuillère à café de cardamome en poudre
¤ 2 belles écorces de Macis
¤ Quelques rapées de Muscade
¤ 2 clous de girofle écrasés
¤ Une étoile de Badiane coupée en morceaux
¤ Quelques grains de poivre noir et de baies de genièvre

C’est une recette réellement festive, dont il existe des dizaines voire peut-être des centaines de versions, chaque famille ou village à l’époque ayant la sienne.
Le Moyen-Âge découvre les épices avec un plaisir intense et développe une gastronomie unique, tournant énormément autour de ces saveurs nouvelles et délicates. Assez chères cependant, il est certain que tout un chacun de pouvait se permettre les quantités données ici à chaque jour de messe. Aujourd’hui les choses sont différentes… Le Sermon est dit, alors zou ^^

Dans une bouteille à la contenance adaptée, donc 1,5 litre, versez votre vin rouge ainsi que le miel. Fermez et secouez durant quelques minutes de manière à bien faire fondre l’or des abeilles dans le délicat liquide de Bacchus ^^ (j’ai une âme de poétesse oggi lol).
Une fois que c’est bon, on ré-ouvre tout ça et on ajoute tous les épices, en prenant bien soin de briser légèrement en morceaux ceux qui sont entiers, comme les bâtons de cannelle ou la badiane. On ferme à nouveau, et là on peut alors se laisser aller à imiter un joueur de maracas en remuant d’un geste clâsse la bouteille.
Note importante: Eviter toutefois de faire des claquettes en même temps, vous risqueriez de passer pour un dégénéré auprès de votre famille lol xD

Infusion?
Alors voilà, bien entendu il y a un temps d’attente… Bah vi, hein, on peut pas tout avoir, c’est comme ça, bande d’ingrats impatients !! lol
Ceci étant vous pouvez vous estimer heureux, la durée minimale pour qu’il soit relativement bon est courte, seulement 10 à 12 heures. Il aura déjà pris pas mal de goût pour être appréciable.
Néanmoins, je vous conseille fortement de le laisser trempouiller jusqu’à une semaine (oui je sais c’est long huhu mais ça vaut le coup ;) ).

Le détail qui change tout…
Surtout pensez à faire danser la gigue à votre bouteille le plus souvent possible. Plus vous mélangerez l’ensemble, et mieux les saveurs se développeront ;)
Juste un tourne-retourne et hop rendez-vous dans quelques heures pour recommencer.

As’table mon gars !!
Au bout du temps de macération (ou avant si vous n’avez pas su vous retenir lol), filtrer à l’aide d’une étamine de lin (ou d’un chinois si vous êtes trop moderne huhu) et versez dans la bouteille de service. Disposez au frais quelques heures et faites vous plaisir.
Bien qu’étant du vin rouge (donc il ne faut pas trop en abuser hein^^), les épices lui confèrent un aspect bien moins rugueux et l’Hypocras peut donc facilement se boire en apéro.
En ce moment, vers 19h, avec un bon glaçon…

… Alors s’énivrer, mon bon Seigneur, oui!! Mais dans la joie et avec modération ;)

Rendez-vous sur Hellocoton ! Share SHARE
Il y a des jours comme ça où tout semble s’arrêter sans raison aucune… Il y a quelques fois aussi, des mois entiers où la vie n’a pas aucun sens… Il y a même des années complètes qui ne sont que des secondes qui passent…
Et puis il y a ces heures, éphémères, où il suffit d’un son, de quelques notes lancinantes pour réveiller le frêle papillon ensommeillé depuis une aube lointaine… Frêle créature dont l’âme, jusqu’alors prisonnière, peut enfin ouvrir grandes ses ailes de jade et prendre son envol sur l’horizon de l’astre couchant…

De mes racines italiennes voici l’un des plus beau des symbôles… Un chant de résistance, pour des hommes et des femmes qui ont souffert le martyr…
Ou tout simplement un hymne à la liberté, du corps, de l’âme et de l’esprit… Quelques notes que ma mère m’a transmise, comme un héritage de sang et de souvenirs.

Bella ciao

Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao

ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l’invasor

O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir

E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir

Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao

Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l’ombra di un bel fior

Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior

E questo é il fiore del partigiano

O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao

E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà

¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤~~¤

Quelques notes épicées pour une partition aux accents Indie’s
…Des lentilles toutes oranges, du curry bien jaune et des pommes rougeoyantes, parce que les papilles aussi ont le droit de fêter la Muse Hyque !!

Ingrédients (pour une paire de papilles en pleine révolution artistique]:
¤ 100g de lentilles corail

¤ un demi oignon

¤ clou de girofle
¤ coriandre
¤ curry de madras et curry rouge

¤ curcuma

¤ romarin, laurier, thym

¤ 5 petites gousses d’ail (moins si vous n’êtes pas fan ^^ ou plus si z’êtes addict comme moi xD oui oui je suis célibataire je sais ‘^^)

¤ poivre 5 baies et sel
¤ 2 cuillères à soupe d’algues
¤ une demie pomme coupée en petits cubes

On commence simplement (oué doucement hein faut rester en forme pour les concer t s ce s héhé) par la cuisson des lentilles. Les corails ne demandent ni rinçage, ni trempouille de 12 ou 24h, ce qui avouons le, oirest un gros avantage. Donc zou vous mettez dans la casserole votre volume de lentilles, trois fois son volume d’eau FROIDE (j’insiste) et les assaisonnements qui vont bien muahahah. A savoir un demi oignon planté d’un clou de girofle, des brins de romarin et des feuilles de laurier, les gousses d’ail en chemise et une ou deux écrasées sous la paume de la main, du moulin 5 baies et basta. Surtout PAS DE SEL, qui modifie la durée de cuisson et rend les lentilles dures (c’est d’ailleurs valable pour tout légume sec ^^).

Allumez le feu (non non, ne pensez même pas à fredonner cette horreur « musicale » de l’autre vieux dégénéré et que les gens appellent une chanson, sinon ouste!!) sous la casserole et portez à ébullition. Une fois les p’tites bulles bien présentes, baissez à feu doux et c’partit pour dix à quinze minutes. Les lentilles vont cuire lentement en absorbant l’eau, pour devenir mol les une fois cuites (ce qui est la particularité des corails, parfaites dans les fameux dals Indiens *slurp*).
Surveillez bien néanmoins car il arrive qu’elles cuisent plus rapidement que prévu lol, il faudra peut-être rajouté un peu d’eau.

Les carottes sont cuites !! Ah non, c’pas ça…
Hum… Une fois vos lentilles toutes oranges bel( et bien cuites, retirez les éléments durs du bouillon (thym, laurier et romarin) histoire de ne pas vous étouffer durant la dégustation (ça s’rait couillon lol ^^ tout ça pour s’estrangler dès la première bouchée xD la blase lol). Bref…
*faut que j’arrête moi hein, ça va plus là…*

Ajoutez la coriandre en graines écrasées, deux cuillères à soupe d’algues variées en paillettes, le curcuma et les deux curry’s, selon vos goûts ;) personnellement je mets une cuillère à café de chaque. Ah vi c’est beaucoup, mais on fait la Révolution ici, M’sieur Dame !!
Enfin saisissez votre demie pomme rougeoyante et coupez la en petits cubes, avant de l’incoporer au reste.
Mélangez tout ensemble, si besoin ajoutez un peu d’eau, puis réchauffez quelques instants pour que les saveurs dansent une dernière fois ensemble.

Etoile levée, assiette dressée… (là ya du proverbe en carton… mais j’assume lol)
J’avoue qu’à première vue ça ne ressemble peut-être à rien, bien que moi je trouve ça super alléchant… C’est une tambouille de révolutionnaire ;)
Servez dans une assiette ou un bol et dégustez pendant que c’est chaud…

)))::::::(°>

On réfléchit, on se rebelle, on s’insurge… Et puis on vieillit et (trop) vite on oublie…
Comme une plage sur laquelle on s’entasse? Non, une plage qui avait un autre sens… Une plage que j’aime encore aujourd’hui, la seule, parce qu’elle vit sous les pavés

Rendez-vous sur Hellocoton ! Share SHARE
« Et Après ?5101518192021222530Et avant ? »