Le soleil va en déclinant…
Lentement, il rejoint l’horizon pour ne former plus qu’un avec lui…
Cette grande ligne de vie qui, dans toute sa longueur n’a d’égal que sa splendeur…
se prépare à recevoir en son sein, son fils fatigué et affaiblit…
A sa suite, sa soeur s’éveillera guillerette et enjouée…
Prête à jaillir dans le ciel étoilé, auréolée de son timide halo lumineux…
Une journée de printemps… qui se déroule tel un papyrus vieillit et abîmé…
Ce crépuscule naissant vient alors offrir quelques heures d’un bonheur fugace,
brèves et intenses, à toutes ces âmes en quête de liberté…
Depuis très longtemps, tout autour de la Méditerranée on fête ces fameux instants de partage
Romains, grecs, égyptiens, libanais, italiens, portugais, espagnols, français…
Quels que soient l’époque ou le peuple, cet étrange rituel a toujours eu un impact important et une place primordiale dans la culture de chacun…
Alors quand l’été débarque à nouveau, après une longue pause hivernale…
C’est un plaisir unique que de réunir tous ensemble autour d’une belle tablée conviviale, d’un bon verre et de quelques spécialités à grignoter… Tapas, mezze, antipasti… autant de p’tits plaisirs…
Mais avant de s’engager dans un tour du monde des papilles,
il me semblait primordial de se rendre a casa mia
Là où tout à commencer ;)
L’apéro chez nous c’est presque une véritable religion… Un moment hors du temps… on y tient…
Et si avant l’heure c’est pas l’heure… Après l’heure, bizarrement… ben c’est toujours l’heure ;)
Aussi je vous embarque du côté de mes racines…
entre Italie et Maquis


ø0ø0ø0ø0ø0ø0ø

Deux focaccia valent mieux qu’une seule… Sans gluten et sans reproches :p
… parce que j’aime la diversité plus que tout ;)

Ingrédients [pour 6 grignoteurs] :
Pour la pâte :
ø 400 g de farine  (100g farine de pois-chiches, 300g de farine de riz complète)
–> ou moitié T 55, moitié T 80
ø 2 cuillère à soupe de levain Bio sans gluten (ici levain de sarrasin)
–> ou 20g de levure fraîche et une petite cuillère à café de levain
ø Une grosse cuillère à café de sel
ø Poivre noir du moulin
ø 10 cl d’huile d’olive
ø 20 cl d’eau tiède (à ajuster en fonction du temps et de la farine)
ø Une pincée de bicarbonate

Version niçoise…
ø Quelques olives noires
ø De la marjolaine et du thym effeuillés
ø Graines de tournesol
ø Un trait d’huile d’olive bio de la maison ;)

Version Estivale…
ø Du brebis maison bien affiné (il doit être mou pour le tartiner sur la pâte :) mais un bon brocciu affiné ou même une belle bûche de chèvre feront aussi très bien l’affaire hein ;) )
ø Un p’tit bol de dès de courgettes
ø Graines de Cumin et de lin
ø Quelques feuilles de népita et de marjolaine
Pour la pâte…
On commence tranquillement… Mélangez le levain (ou la levure + levain), les 3/4 de l’eau tiède et le sucre dans un récipient assez haut, avant de dégainer le fouet ;) *regard foufou* muahahahah il vous suffit de le prendre entre vos deux paumes de mains et de le faire tourner pour créer un effet de batteur. De cette manière, vous aiderez le levain à se déclencher pour devenir une vraie warrior héhé !! (parce que le levain c’est la force ! hein Guillaume ;) )
Déposez ce mélange près d’une source de chaleur, genre devant un radiateur (en saison) ou dans le four préchauffé à 40°C, pour que les enzymes se mettent en route comme il faut et créer la fameuse réaction que l’on recherche toujours en boulange ^^ (même dans le sans gluten ;) ) il suffira d’une petite demie heure mais si vous avez la possibilité de le laisser une à deux heures, ça ne gênera pas.


Un café et quelques croquants aux amandes plus tard…
Monsieur Levain express est tout beau ^^ Y a plus qu’à mettre les farines avec le sel et une pincée de bicarbonate dans une jatte, un p’tit puits au milieu et hop, on y verse le levain, l’huile et le poivre. Ca va jusque là ? ^^ Ok !!
On se saisit d’une cuillère en bois pour commencer, et on tourne, tranquillou au centre, de manière  à amalgamer les ingrédients secs avec les liquides petits à petit. Quand la pâte devient assez compacte pour être ramassée à la main, déposez la sur le plan de travail et hop, c’est partis ! On pétris pour une bonne dizaine de minutes, histoire de faire s’entrechoquer les p’tites molécules ;)
Hé vous là-bas ! J’vous ai entendu au fond de la classe ! Pas la peine de râler, pétrir c’est bon pour les muscle, pour la peau et pour le moral ! :D
Une fois qu’elle est bien élastique, direction un grand et beau saladier pour un looooog moment de repos, en habit de cellophane. Comme votre levain express tout à l’heure, disposez votre copine Bouboule près d’un source de chaleur pour bien aider la pousse :) Pour un obtenir un saladier remplis, il vous faudra patienter pas moins d’une heure. Si le temps n’est pas un problème pour vous, alors je conseille de  la laisser deux heures voire plus. Oooooh la belle pâte ;)

Ne jamais se rouler les pouces… ça fait mal :x ‘^^
Pendant que Miss Boule fait gonflette, préparez vos ingrédients…
Coupez vos olives, effeuillez puis déchirez grossièrement vos herbes (bon soyez quand même sympa hein, elles ne vous ont rien fait les pauvres ^^). Puis hop, c’est au tour d’la miss courgette de passer à la casserole, enfin à la poêle ^^ Faites la rapidement revenir dans un trait d’huile d’olive avec graines de lin et de cumin, sel, poivre du moulin et éventuellement un peu de cumin en poudre… Mmmmh… j’adore cette odeur… *-*

Poc ! (tiens… C’est le cellophane de mamzelle Boule vient de craquer sous la pression… xD)
Farinez légèrement votre plan de travail et vos mains, puis faites tomber votre pâte au centre, pour bien la travailler. Avec une telle quantité, j’ai pu en réaliser deux de la taille d’une jolie pizz‘ mais vous pouvez bien entendu en faire une seule ou plusieurs plus petites ;) Par exemple, la semaine dernière, j’en ai fais des versions individuelles au luomo et chorizo pour accompagner un bol de gaspacho, c’était sympa :)
La pâte est très facile à étaler à la main par contre elle colle un peu, par rapport à une pâte à pizz’ qui justement est plus sèche. Bon après, si vous avez bien fariné vos mains, no soucy ;)
Une fois qu’elle a la forme et la taille voulu, faites des empreintes assez profondes avec votre doigt sur toute la surface, puis tartinez, disposez, projetez les ingrédients choisis tout partout ! Sel, poivre, épices, un filet d’huile et hop !! C’est prêêêêêêt !! Ya plus qu’à…

Cui-cui ?
Ayant allumé le four à bois pour les pizz’ j’en ai profité pour les cuire aussi, rien à voir au goût vous pensez bien ;)
Toutefois, dans un four tradi, ça marche aussi ! (yeh le slogan qui tue !! xD) Préchauffez le au maximum 275°C en général), puis enfournez et baissez à 230°C. On la laisse se dorer gentiment pour 10 à 15 minutes, en surveillant bien, ça dépend toujours un peu du four.
Si vous voulez une belle croûte croustillante, comme pour le pain, vous pouvez mettre une coupelle d’eau et réaliser un délicat coup de buée ;)

Mmmmmh ça sent bon le sud tout ça…
Et avec le temps d’été qui enfin nous fait honneur…
C’est sûr, les apéro, ça va y aller ! huhu
Alors faites-vous plaisir, laissez aller votre imagination !
Rendez-vous sur Hellocoton ! Share SHARE
Cette recette a été postée le Mardi, juin 1st, 2010 à 17 h 46 min dans la catégorie Casse-croûtes gourmands pour travailleurs rêveurs, Le Four à Bois, P'tites Recettes Sans Gluten, P'tites recettes sans lait, P'tites recettes végétariennes, P'tits plaisirs salés. Vous pouvez suivre les réponses de cette recette grâce au RSS 2.0. Ou bien pourquoi ne pas laisser un message !

14 grains de sable :D

Marine
 1 

Mmmmh… La focaccia à l'apéro, dans son ptit jardin avec ses amis… Mortel ^__^ ! J'ai juste une question concernant la cuisson, j'en ai réalisé une avec des tomates séchées à l'huile maison, sauf que celles-ci ont brûlé sur le dessus. Lorsque tu fait cuire ta focaccia, as-tu besoin de la couvrir ?

juin 2nd, 2010 à 18 h 07 min
Julie
 2 

Oh ! Oui ! Ca sent bon le suuuuuuuuuuud ! Et moi tout ce qui peut me rappeler l'Italie me fait craquer !!! Ta focaccia me fait trop saliver. :)

juin 2nd, 2010 à 19 h 43 min
Taliashka
 3 

@ Marine : hello miss !! :D contente de te lire à nouveau. Pour ta question et bien comme je le dis dans l'article, j'ai cuit la mienne au feu de bois, mais quand il m'arrive d'en faire au four, non je ne la couvre pas. En fait une focaccia cuit très rapidement si on regarde bien, donc du coup normalement les ingrédients ne brûlent pas. Ceci etant la tomate est plus fragile, surtout la séchée… Couvres la pour les 3 à 5 dernières minutes oui :) mais faut faire gaffe, l'alu retiens l'humidité, et ta focaccia risquerait d'être toute mollle après :/

juin 2nd, 2010 à 19 h 55 min
Taliashka
 4 

@ Julie : Hey !!! aucun soucis rassures toi, je suis surtout contente pour toi, tu as pu passer quelques jours loin de la ville et c'est super, tu as bien fait d'en profiter !! ;)
Par contre fais gaffe quand même.. Si tu salives trop, je vais finir par t'appeler mon p'tit escargot :p

juin 2nd, 2010 à 19 h 57 min
Marine
 5 

Merci beaucoup pour ta réponse ^^ ! Je suivrai tes conseils en couvrant la focaccia dés que je vois que la garniture commence à colorer (et seulement si c'est nécessaire :) ).
En revanche, je pense qu'il y a erreur sur la personne, vu que c'est la première fois que je poste un commentaire sur ton blog. J'dois donc être une Marine n°2 XD.
Je tenais aussi à te féliciter pour ton blog très chaleureux et tes recettes gorgées de soleil et de gourmandise, c'est toujours un plaisir de découvrir tes nouvelles création culinaires ^o^.

juin 2nd, 2010 à 20 h 36 min
Taliashka
 6 

Damned ! trop de marine ^^
L'on ne se connait pas alors ? Et bien je suis ravie :)
Et je suis très touchée par tes p'tits mots, c'est vraiment très gentil. Je sais bien que je suis loin d'être une blogueuse "à la pointe", je publie peu, faut dire que je n'ai pas le temps et j'en suis la première triste :'( Mais bon je reste moi-même et j'en suis fière :)
J'aime cuisiné de tout et pour tous, surtout les gens que j'apprécie ^^

Peux tu m'en dire un peu plus sur toi? j'espère que nous aurons l'occasion de se parler davantage :)
A très vite ! ;)

juin 2nd, 2010 à 20 h 48 min
Marine (n°2 XD)
 7 

C'est vrai que tu publies peu mais, comparé à d'autres bloggueurs qui se contentent parfois juste d'une recette dans leur billet, les tiens sont toujours très riches, travaillés, avec en bonus une "envolée lyrique" à chaque début ^^. Donc selon moi tu te débrouilles très bien :) .
Pour ma part, je suis une nantaise de 18 ans 1/2 qui aime cuisiner un peu de tout, mais surtout des saveurs du sud ou exotiques :) . En début d'année j'ai voulu faire un BTS hôtellerie-restau, mais j'ai arrêté mi-novembre (très militaire comme milieu et les chefs se sentaient toujours obligé de nous crier dessus pour nous enseigner -_-"). Du coup j'ai réintégré la fac en lettres modernes ^^.
En cuisine, j'aimerai apprendre à créer une recette sans avoir besoin toujours d'un "modèle", imaginer moi-même des alliances de saveurs, un peu comme tu le fais, ou Dorian ou Claude-Olivier (oui oui, je suis aussi leurs aventures XD !). Voilà en gros pour la ptite histoire ^^

juin 3rd, 2010 à 6 h 17 min
Taliashka
 8 

oula !! *se sent rougir*
Déjà les compliments pour mon blog… Je suis vraimen très touchée, et ravie que tu apprécies. Je l'ai toujours dit et je continuerai, je ne publies pas pour faire du chiffre, mais pour partager ma passion, et la façon dont je perçois et pratique la cuisine et ses saveurs. Réussir à intéresser des gens est le plus cadeau que l'on peut me faire :) Alors merci beaucoup pour ce que tu as écris :)
Ensuite, me comparée à Dorian ou Claude-Olivier ! J'en suis très flatée même si je ne pense pas être à leur hauteur ^^ Mais bon c'est une fierté, sincèrement.

Je vois, après ce petit explicatif, que nous avons pas mal de points communs… Je voulais faire aussi des études dans le milieu, un cap en cuisine, mais j'ai vite changer d'avis. En effet, le côté militaire et l'ego souvent surdimensionné de pas mal de chef m'ont fait fuir à vitesse grand V. Une fuite confirmée par mon dernier stage en date, dans un atelier de cuisine, qui s'est mal terminé… bref cette approche de l'univers culinaire n'est pas pour moi.
En revanche, actuellement étudiante en médiation de la culture et du patrimoine, j'ai réussis à intégrer ma passion pour la cuisine au sein même de mon sujet de mémoire. Et là je peux me faire plaisir :)
C'est avant un plaisir, un échange, un partage… trop de gens l'oublient :)

juin 3rd, 2010 à 6 h 46 min
Marine
 9 

Pour la comparaison à Dorian et Claude-Olivier, c'est dans la capacité à créer et votre imagination dans la conception des recettes, vous avez chacun une personnalité dans votre cuisine :)

"Ego surdimensionné des chefs", c'est exactement le terme que j'utilise pour qualifier les chefs devenus profs qui en font trop XD. J'avais aussi fait un stage d'observation dans le resto l'Orée du Bois à Orvault, près de Nantes. Ça s'est très bien passé, le chef était ferme mais pas injuste, il ne criait pas à tort et à travers au moins ^^.
C'est vraiment super que tu aies réussi à rapprocher ta passion de la cuisine dans tes études ^^ ! Je cherche moi aussi à rapprocher la cuisine de mes études (faut juste que je reconstruise un projet ^^") Et je suis d'accord avec toi : la cuisine c'est du partage et de l'amour ^__^. La cuisine nord-africaine en est un très bonne exemple : elle se transmet de génération en génération et la convivialité est une grande qualité dans ces pays :) . Bref, peu de point commun avec la grande restauration française XD

juin 3rd, 2010 à 7 h 14 min
Taliashka
 10 

En fait si, enfin pour moi, il y a beaucoup de points communs avec la cuisine française. Par contre, beaucoup moins avec ce que l'on nomme pompeusement la "gastronomie" :)
Sous couvert de soi-disant savoir-faire et autres, des gens se croient plus aptes que nous, pauvres ères des papilles, à illustrer et transmettre… C'est complètement idiot, rien ne vaut la vraie cuisine, celle des régions, celle des familles, celle du sang et des souvenirs… (tiens je crois que je mettrais cette phase dans un prochain post^^)Toute pratique culinaire fondée sur cette idée ne peut être que vivante, profonde et sincère

juin 3rd, 2010 à 7 h 25 min
Baptiste
 11 

Encore un plat qui sent bon le sud en effet ! Un petit pastis avec tout ça (ou mazout pour les adeptes xD) et le soleil, que du bonheur !

Bien joué Talia ! Ou devrais-je dire, bien cuisiné ! :p

juin 3rd, 2010 à 8 h 10 min
Marine
 12 

C'est vrai, je suis allée un peu vite dans l'appellation "grande cuisine française" ^^''. Celle que je critique, c'est aussi la "gastronomique" qui se prétend au dessus de tout parce que l'on a la "technique" (ça va jusqu'à la cuisine moléculaire O.o).
Je défend moi aussi la cuisine du cœur, familiale et régionale car elle fait partie de ce que nous sommes, nous rappelle nos racines et permet aussi de créer des liens grâce au partage ^^. Cette cuisine-là ne s'apprend pas dans les écoles, elle se transmet.
Cette image des souvenirs rappelle la madeleine de Proust ^^ (à intégrer dans ton post ;) ?)

juin 3rd, 2010 à 8 h 50 min
Lili Végétatout
 13 

Yummy yummy comme on dit chez moi ! :D En fait, nan, on ne dit pas ça chez moi … mais ça a l'air trop bon quand même ! xD

juin 6th, 2010 à 21 h 54 min
Lili Végétatout
 14 

Et Marine (oui, j'ai lu tous vos échanges, na ^^) a raison : ton blog te ressemble Taliounette, il a une âme, pas de recettes vite postées pour satisfaire les 2500 visiteurs par jour qui ne reviendront pas si une recette n'est pas postée dans l'heure (damned ! les statistiques). Une âme, je te dis, alors que tu ne postes pas tous les deux jours, on s'en fiche ! On veut une âme, voilà ! Enfin, moi au moins. Et Marine aussi, apparemment ^^

juin 6th, 2010 à 21 h 59 min

Laisser un message !

Nom (*)
Mail (ne sera pas visible) (*)
URL (en option)
Commentaire
*